L'innovation ouverte s'installe dans les processus de l'entreprise

Par 24 novembre 2011 1 commentaire
open innovation

De plus en plus de sociétés ont développé la pratique de l'Open Innovation, en systématisant et en structurant la collaboration avec des partenaires externes. Une mise en place qui demande des ressources mais semble porter ses fruits.

La pratique de l'innovation ouverte  a modifié en profondeur la façon dont les entreprises conçoivent et mettent en place l'innovation. C'est le résultat d'une étude menée conjointement par l'i7 Institute et Accenture, et présentée le 22 novembre sur le campus de l'ESCP Europe à Paris. Si l'action de collaborer avec de multiples partenaires pour développer des produits et de nouveaux services n'est pas récente, ce qui l'est, c'est la systématisation du procédé et la structuration complète de ces process. Surtout l'Open Innovation se caractérise par la rapidité de son adoption : en moins de 10 ans, la majorité des entreprises l'ont intégrée à leur mode de fonctionnement, avec notamment une accélération en 2010 et 2011 avec la sortie de crise et la nécessité pour les sociétés de se différencier, au-delà des prix. Ainsi, selon le rapport, l'un des moteurs de cette accélération réside dans le fait que les sociétés sont contraintes d'innover plus et rapidement notamment en raison d'un contexte économique difficile.

Coordonner de nombreux partenaires

La multiplication des recours à des sources externes comme les fournisseurs, les start-up, les universités, les employés, les salariés retraités et les consommateurs implique une modification de la culture de l'entreprise : "Les sociétés doivent passer d'un état d'esprit 'déçu de ne pas avoir inventé l'innovation nous-mêmes' à 'fier de l'avoir trouvée à l'extérieur'. Cette amélioration de la capacité à absorber des compétences externes est primordiale", explique Pierre-François Kaltenbach, co-auteur du rapport et Consulting Manager chez Accenture. Il s'agit également de dénicher les bons partenaires en opérant différentes approches : soit en communiquant de manière intensive sur son entreprise, en installant des plates-formes collaboratives ouvertes à tous, soit en créant des départements de recrutement chargés de les identifier. L'enjeu est ensuite de pouvoir coordonner efficacement, au niveau opérationnel et juridique, une multitude d'individus à travers le monde, œuvrant sur les mêmes produits. "P&G estime que pour 1 chercheur en interne, il y a 200 autres scientifiques ou ingénieurs qui travaillent sur un projet équivalent." D'ailleurs, les grands groupes se concentrent désormais beaucoup sur les pays émergents pour tenter d'y dénicher des talents et des compétences inédites.

Des améliorations nécessitant des investissements importants

Si la majorité des entreprises qui se sont lancées dans l'Open Innovation reconnaissent l'apport indéniable de cette pratique dans le domaine de la productivité (réduction du "time to market", amélioration de la protection de la propriété intellectuelle, augmentation du nombre de projets...), l'opération est loin d'être gratuite. Certes les risques sont mutualisés entre plusieurs sociétés mais les investissements initiaux sont conséquents : "Il faut une implication totale de la direction à moyen terme, des allocations de ressources, de temps, d'équipes IT. La courbe d'apprentissage de l'Open Innovation n'est pas linéaire. Surtout, elle ne doit absolument pas remplacer l'innovation strictement interne", prévient Delphine Manceau, directrice de l'i7 Institute et co-auteur du rapport. L'innovation  ouverte ne doit pas devenir une simple tendance managériale mais doit faire partie du fonctionnement naturel de l'innovation dans une entreprise.

Haut de page

1 Commentaire

est ce que votre atelier a un site ? est ce que je peux trouver les mails envoyés les travaux etc...;
merci

Soumis par LAYRANGUES (non vérifié) - le 24 novembre 2011 à 22h04

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas