L'atelier's Blog L'atelier Blog

Des bloggeurs pas si crédibles que ça pour les entreprises ?

Par 16 mars 2012 Laisser un commentaire
homme triste ordinateur

Le web 2.0 permet à tous de produire du contenu. Mais pas forcément d'obtenir la reconnaissance. Certains bloggeurs ressentent ainsi une sous-estimation de leur importance quand ils cherchent à entrer en contact avec les marques.

Les bloggeurs, en manque de reconnaissance ? Tout du moins, ceux qui couvrent les problématiques d'entreprise. Le constat, étonnant, a été réalisé par The 10 Company et le Gotham Research Group, qui ont interviewé des bloggeurs corporate et business. Selon eux, les bloggeurs ne seraient pas toujours considérés comme légitimes quand ils cherchent à entrer en contact avec des dirigeants. Leur pouvoir d'influence serait ainsi sous-évalué par rapport aux médias traditionnels, les conduisant à moins de considération. "Les blogs sont encore en général moins lus que les médias traditionnels et il vaut évidemment toujours mieux, pour un dirigeant, faire un vingt heure qu'un article de blog", note à ce sujet pour L'Atelier Anthony Poncier, consultant en management et entreprise 2.0 chez Lecko et bloggeur. Et pour cause, les médias traditionnels sont grands publics quand les cybercarnets s'adressent à un public de niche où le bloggeur est reconnu pour son expertise sur un domaine précis.

Cela conduirait donc à un manque de respect vécu par les détenteurs de cybercarnets. En effet, ces derniers considèrent que les dirigeants et les services communication ne prennent pas en considération ce qui se dit d'eux sur les blogs. Pour Anthony Poncier, "Internet étant vaste et les bloggeurs étant nombreux, il est plus compliqué de savoir qui parle et à qui s'adresser". Ces bloggeurs évoquent également la lenteur des réponses lorsqu'ils demandent des informations pour écrire un article. De la même façon, ils constatent qu'ils ont moins accès aux dirigeants, et ce notamment pour les interviews. Une affirmation que partage Anthony Poncier, qui précise tout de même qu'aujourd'hui, "les bloggueurs sont contactés par les agences de communication pour participer à des événements ou reçoivent des livres pour les chroniquer".

S'il y a effectivement une reconnaissance qui est en cours, les bloggueurs eux verraient tout de même une dernière différence de traitement par rapport aux journalistes de médias traditionnels. En effet, les équipes de communication auraient tendance à vouloir trop contrôler ce que publient les rédacteurs sur les cybercarnets, rendant, par exemple, la parole des dirigeants interviewés artificielle. Or, les bloggeurs, par rapport aux journalistes traditionnels, "adoptent eux une écriture qui s'embarrasse moins des codes journalistiques, de la forme et du style", note Anthony Poncier. Et d'ajouter qu'il s'agit également d'une appréciation culturelle : "en France, Internet est encore vu comme un lieu hors de contrôle alors qu'aux Etats-Unis, par exemple, c'est considéré comme un lieu de création de valeur".

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas