L'atelier's Blog L'atelier Blog

Médias sociaux : les personnalités définitivement considérées comme le cachet "crédibilité"

Par 04 mai 2012 Laisser un commentaire
social media

Plus d'un an après la mort d’Oussama Ben Laden, des chercheurs de Georgia Tech, de Microsoft Research en Asie et de l’université de Californie-Davis ont cherché à comprendre comment cet événement est devenu l’un des plus importants de l’histoire de Twitter, qui en est à l’origine et comment les personnalités qui ont propagé l'information sont devenues des garanties d'opinion pour les internautes.

Comment la twittosphère a-t-elle propagé l’information de la mort d’Oussama ben Laden avant même les médias traditionnels ? C’est ce que des chercheurs ont étudié avec près de 600 000 tweets. En analysant les tweets envoyés pendant deux heures et ce, quelques minutes avant la première rumeur de mort de l'ancien terroriste, ils ont constaté que des leaders d’opinion et des célébrités ont joué des rôles clés.Leurs données montrent aussi que l’univers Twitter a été massivement convaincu de la véracité de l’information selon laquelle Oussama Ben Laden était décédé, avant même que la nouvelle ait été confirmée à la télévision. L’étude confirme que Keith Urbahn, un collaborateur de l’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, a été la première personne à lancer la nouvelle sur Twitter. 

Son tweet a été envoyé à 22H24 et huit minutes plus tard, un producteur de CBS l’a lui même retweeté.  Quand un journaliste du New York Times s'est à son tour emparé de l’information, la nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. Cette étude montre combien les personnalités dites influentes peuvent avoir un pouvoir incroyable sur la durée de vie d'une information postée sur des réseaux sociaux."La propagation de rumeurs sur Twitter est une chose. Déterminer la véracité de celles-ci en est une autre, surtout dans l'ère actuelle, favorable aux réseaux sociaux, qui brise les canaux habituels", explique Hu Mengdie, doctorat à la School of computing interactive.

De nombreuses personnes ont ainsi échangé sur la folle rumeur de la mort mais ce qui a le plus intéressé les chercheurs, ce sont les 100 personnes influentes, nommées "utilisateurs d'élite", qui étaient au volant de la discussion. Près de 20% des tweets mentionnés par les internautes avaient été relayés par ces leaders d'opinion. Sans surprise, des médias tels que CNN ou le New York Times ont fait partie de ces leaders, en particulier durant les minutes avant et après l'annonce télévisée de la mort d'Oussama Ben Laden. 

Mais une demie-heure après cette annonce, relayée dans des reportages télévisés, des célébrités ont continué à débattre sur le web sur l'interface Twitter, et ce tout au long de la nuit. Parmi ces leaders d'opinion, on pouvait par exemple retrouver le comédien Steve Martin ou encore Kim Kardashian. Les résultats ont étonné les chercheurs, en particulier parce que le sujet était politique et que la majorité des célébrités "leaders" n'étaient pas dans leur domaine de prédilection. 

Les chercheurs vont utiliser cette étude pour développer un logiciel qui permettra de mesurer l'humeur des personnes influentes sur les médias sociaux. Les compagnies de marketing et publicité pourraient y voir un sérieux potentiel. En effet, elles pourraient utiliser l'outil dans le but de trouver plus facilement une personnalité ambassadrice de leurs produits...

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas