Sans fiabilisation de vos données, quelle valeur pour vos actions?

Sep 26 2006



Date :

Mardi 26 Septembre 2006 à 14h00

Durée :

3h00

Adresse :

L'Atelier - 5, avenue Kléber - 75116 Paris

Plan d'accès

  • IBM.
Mots-clés : Europe

Programme

14h00 : Accueil des participants
14h10 : Introduction - François Jeanne (Journaliste, L’Atelier)
14h30 : Vision, valeur et cas client autour de la qualité des données - Andreas Bitterer (Research VP, Gartner)
14h50 : Enjeux métier de la qualité des données dans le domaine Financial Services - Eric Ghiuritan (Associate Partner BI - CRM Solutions Global Business Services, IBM France)
15h10 : Pause
15h40 : Les solutions pour automatiser la fiabilisation de l’information - Robert Palmer (Global Marketing Manager Financial Services, IBM)
16h00 : La démarche d’un projet Qualité - Eric Ghiuritan (Associate Partner BI  - CRM Solutions Global Business Services IBM France)
16h10 : Cas client: la qualité des données, un enjeu majeur dans un projet CRM - Valéry Picard (Ingénieur d'affaires, IBM Software)
16h40 : Conclusion - François Jeanne (Journaliste, L’Atelier)
17h00 : Echange avec le public - débat et Cocktail
 
Conférence animée par François Jeanne (Journaliste, L’Atelier)

Objectifs

En assistant à cet après-midi, au sein de l'Atelier BNP Paribas, lieu de veille et d'analyse des nouvelles technologies, vous allez:
  • Prendre connaissance des toutes dernières études sur l’importance de la qualité des données et la place que lui accordent les entreprises.
  • Vous situer par rapport à la typologie des principaux projets en cours, qu’ils portent sur les évolutions réglementaires, la relation clients ou la recherche de productivité de l’informatique.
  • Etudier les avantages d’une architecture technique basée sur une centralisation et une automatisation maximale de la gestion de la qualité de vos données.
  • Partager l’expérience d’une entreprise utilisatrice

Banque – Assurance – Caisses de retraite :
Conformité réglementaire, Marketing/Communication, Maîtrise d’Ouvrage, DSI, Direction de l’organisation, DAF, Direction du réseau…

La qualité de ses données et de ses fichiers, est bien entendu vitale pour l’entreprise. Mais passé ce constat consensuel, la question de la responsabilité de cette qualité se pose : Qui, de l'informatique ou de l'utilisateur, doit s’en charger?
 
Oser lancer le débat en ces termes aujourd'hui, c'est déjà prendre acte que le temps où la DSI gérait seule les données est révolu. La multiplication des grands projets d'ordre réglementaire, qui font notamment référence à des historiques d’information complexes, y est pour beaucoup. Comment faire pour reconstituer des données éparses, anciennes, incertaines? Les projets des directions métiers, en particulier ceux liés à la relation client (CRM, vision à 360°) sont également de puissants catalyseurs de cette prise de conscience. Quel retour sur investissement espérer d’une campagne, d’une refonte de processus, si les informations utilisées sont de mauvaise qualité?
 
L'existence de solutions centralisatrices et très automatisées, qui mettent en place une véritable gouvernance de la donnée dans l'entreprise, apporte une réponse technique à ce débat. Mais il ne prendra toute sa dimension que si les utilisateurs y prennent une part active, notamment en proposant de nouvelles métriques pour la qualité des données, nées de l'analyse de leur contribution à la création de valeur.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas