10 000 heures d'archives de l'Ina à portée de clic

Par 27 avril 2006
Mots-clés : Smart city, Europe

Vous rêvez de revoir en images un événement sportif ou le premier homme sur la lune? Ne rêvez plus! L'Institut National de l'Audiovisuel ouvre ses archives au grand public grâce au Web. Au...

Vous rêvez de revoir en images un événement sportif ou le premier homme sur la lune? Ne rêvez plus! L'Institut National de l'Audiovisuel ouvre ses archives au grand public grâce au Web. Au total, 8.000 heures gratuites d'archives radiophoniques et télévisuelles, disponibles sur le site de l'Ina.
 
Il suffit de cliquer sur ina.fr. Une page apparaît qui ressemble au sommaire d'un magazine, avec ses fenêtres : "Archive du jour", "Rendez-vous", des noms de dossiers, comme "Mai 68" ou "Serge Gainsbourg". Sur le côté, les différentes possibilités : explorer, découvrir, partager, télécharger. Tout en haut, une barre, zone de mémoire dans laquelle, au fur et à mesure, apparaîtront des images rappelant les dossiers que vous avez consultés.
 
Depuis une dizaine d'années, l'Ina entrouvre ses portes : une antenne à la bibliothèque François-Mitterrand à Paris, puis un site Web mais sans vidéos (une simple liste de programmes) et uniquement pour les chercheurs et les professionnels de l'audiovisuel.
 
Depuis 2002, l'Ina s'est enfin décidée à mettre quelques vidéos en ligne, mais, à partir d'aujourd'hui, c'est carrément Byzance : 100 000 programmes soit 10 000 heures sont d'ores et déjà disponibles. Avec la promesse que 5 000 nouvelles heures s'y ajouteront chaque année, au fur et à mesure de la numérisation des archives.
 
Emmanuel Hoog, président-directeur général de l'INA, explique : "Les fonds étaient déjà, évidemment, accessibles aux étudiants et universitaires par le dépôt légal, les professionnels y puisent régulièrement et connaissent cette banque d'archives, la plus importante au monde, qu'est l'INA. Mais avec cette offre nouvelle, que nous voulons inscrite dans la mission de service public de l'INA, nous franchissons un pas très important et ce d'autant plus que l'accès à ces archives sera majoritairement gratuit."
 
Gratuit, oui. Le visionnage de ce site extraordinaire qui réunit donc en une malle magique des feuilletons, des séries, des journaux télévisés, des dramatiques, des grands débats, des émissions de reportages, des magazines culturels, du sport et des variétés, et tout autant en radio, est en effet à 80% gratuit. Le site proposera diverses possibilités de recherche: par mot-clé, par grandes thématiques ou genres de programmes, ou via une sélection aléatoire.
 
Pour la partie payante (20% de l'offre), c'est-à-dire les programmes considérés comme des œuvres et pour lesquels il faut reverser de l'argent aux ayants droit, les internautes pourront visionner les premières minutes d'un document avant de décider s'ils souhaitent le louer ou l'acheter par téléchargement, avec des prix allant de 1 à 3 euros pour la location et de 1 à 12 euros pour l'achat.
 
Mais l'ensemble de la télé n'y est pas : pour des questions de droits, l'Institut se limite au service public. Point de journaux de TF1, du moins depuis que la chaîne est privatisée et pas de fiction depuis les années 80 et l'apparition des producteurs indépendants. De même ne sont pas disponibles les émissions produites par Endemol et consorts : "Mais je n'exclus aucun accord", affirme Emmanuel Hoog.
 
Du côté des usages, il y a déjà quelques pistes : "Il y a une demande un peu régressive, revoir la télé de quand on était petit ; il y a une demande de collectionneurs, de fans ; il y a enfin une demande éducative". D'ici septembre, le site proposera en effet des archives télé classées en fonction du programme scolaire, de la sixième à la terminale.
 
Le site de l'INA était jusqu'à présent en 150ème place des sites les plus visités en France avec 350000 visiteurs pour 2000 documents. Avec cette ouverture, révolution culturelle, Emmanuel Hoog envisage de voir tripler le nombre de visites sur le site de l'Ina, pour atteindre le million d'ici quatre mois.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 27/04/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas