1600 cybercafés fermés par les autorités chinoises

Par 03 novembre 2004
Mots-clés : Amérique du Nord

La Chine a fermé 1600 cafés Internet, ces jours-ci, et infligé des amendes pour un total de 12 millions de dollars à ceux qui enfreignaient la loi, par exemple en laissant des...

La Chine a fermé 1600 cafés Internet, ces jours-ci, et infligé des amendes pour un total de 12 millions de dollars à ceux qui enfreignaient la loi, par exemple en laissant des mineurs jouer à des jeux violents. Depuis le mois de mai 2004, le gouvernement chinois s'est lancé dans une vaste campagne visant à surveiller les cafés Internet, à interdire la consultation de sites web présentant des contenus pornographiques et à restreindre les jeux vidéo.

1,8 million de cafés Internet ont reçu la visite d'investigateurs du gouvernement chargés de déceler les infractions à la loi. L'opération est forcément de grande ampleur, dans un pays qui compte 87 millions d'internautes et se positionne à la deuxième place - derrière les Etats-Unis - des pays les plus connectés du monde.

En plus des 1600 cafés définitivement fermés sur décision des autorités, le ministère de la culture a fait savoir que l'activité de 18.000 autres a dû être arrêtée et les établissements provisoirement fermés, le temps d'enquêtes plus poussées.

Le gouvernement a également fait savoir que depuis le mois de juillet, 1125 sites Internet pornographiques avaient été fermés et que 445 personnes liées à ce type d'activité avaient été arrêtées. Sur son site Internet, l'organisation Reporters Sans Frontières (RSF) allonge quelque peu la liste du gouvernement. Au programme : fermeture de l'encyclopédie collaborative Wikipedia, forums de discussion interdits, arrestation de cyber-dissidents... (voir la page spéciale Internet de RSF ).

(Atelier groupe BNP Paribas - 03/11/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas