17 % des Français ne se résolvent pas à adopter la téléphonie fixe

Par 20 avril 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

Depuis 2001, les opérateurs alternatifs ont la possibilité de louer à France Télécom tout ou partie d'une ligne téléphonique (dégroupage) et de proposer aux abonnés leurs propres services. Ces...

Depuis 2001, les opérateurs alternatifs ont la possibilité de louer à France Télécom tout ou partie d'une ligne téléphonique (dégroupage) et de proposer aux abonnés leurs propres services. Ces derniers mois, les offres dites "triple play" associant téléphonie, accès Internet et télévision sur Internet se sont multipliées.
Le département Telecoms de TNS Sofres a souhaité faire le point sur les offres alternatives de téléphonie fixe, et a réalisé une étude fin 2004 pour connaître le taux d'équipement et les intentions d'achat des Français sur ce type de services.  
Il s'avère qu' une proportion toujours plus importante de foyers français fait le choix de ne pas avoir de ligne fixe (17 %) ; un résultat en droite ligne avec ceux observés dans les pays voisins de la France. Les moins de 35 ans, les foyers appartenant aux catégories socioprofessionnelles les plus basses et les individus les plus équipés en matière de téléphonie mobile, sont sans surprise les plus enclins à se passer d'une ligne fixe. 
14 % des foyers déclarent posséder une ligne fixe dite 'géographique' (commençant par 01, 02, 03, 04 ou 05) utilisée uniquement pour se connecter à Internet. Déjà plus de 4 % des foyers ont un numéro dit 'universel' commençant par 08-7. Parmi eux, la grande majorité dispose également d'une ligne géographique. 
En ce qui concerne les offres "triple play" , elles sont encore mal connues des Français. L'institut Sofres estime leur pénétration auprès des foyers entre 4 % et 7 % à fin 2004 . Pour 2005, les intentions d'équipement laissent entrevoir des ventes plus importantes d'offres "triple play", sans que celles-ci semblent devoir connaître un succès phénoménal. Le taux d'équipement pourrait approcher les 15 % à la fin de l'année . Les CSP +, les moins de 50 ans, les habitants de la région parisienne et les foyers avec plusieurs enfants confirment être les cibles les plus réceptives à ce type d'offres. 
Du côté des lignes fixes , pas de grand bouleversement non plus. 12 % des foyers n'en possédant pas déclarent vouloir en ouvrir une dans le courant de l'année. Les opérateurs n'ont pas trop de soucis à se faire avec la clientèle qui leur est acquise, puisque seuls 2 % des foyers disposant d'une ligne fixe envisagent de la résilier en 2005.
(Atelier groupe BNP Paribas - 20/04/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas