20 milliards d'euros pour le marché du machine-to-machine en 2010

Par 15 juin 2005
Mots-clés : Smart city

Le M2M regroupe les solutions permettant aux machines de communiquer entre elles vers un serveur central sans intervention humaine. L'Idate s'est penché sur le marché du machine-to-machine et...

Le M2M regroupe les solutions permettant aux machines de communiquer entre elles vers un serveur central sans intervention humaine. L'Idate s'est penché sur le marché du machine-to-machine et vient de lui consacrer une étude. Selon celle-ci, le marché mondial ne pèsera pas moins de 220 milliards d'euros en 2010, contre 20 milliards en 2004. Soit une croissance annuelle de l'ordre de 49 %.

En volume, l'Idate estime que le marché potentiel du M2M se compte en milliards de machines et en centaines de milliards d'objets pouvant devenir communicants. Le nombre de modules M2M représentait déjà 92 millions d'unités toutes technologies réseaux confondues en 2004 , et devrait atteindre 500 millions de modules d'ici 2010. Ces modules mettront en œuvre près de 2 milliards de machines et 100 milliards d'objets communicants, principalement des tags RFID.

Les acteurs qui retireront le plus de valeur de ce marché sont les équipementiers et les intégrateurs. Toutefois, des acteurs tiers comme les opérateurs mobiles s'intéressent aussi à ce marché, qui devrait représenter 6 % de leurs revenus en 2010. Le marché devrait donc profiter aux différents acteurs de l'offre mais aussi de la demande, note l'Idate : "Les différentes industries sont conscientes des bénéfices potentiels pour leurs activités opérationnelles, avec la réduction des coûts via une gestion optimisée en temps réel de leurs ressources. Elles peuvent aussi tirer partie du M2M pour mettre en place des services de maintenance préventive ou proposer de nouveaux services innovants".

Le développement du marché du M2M se fait et continuera de se faire par secteur d'activité. Les industries les plus avancées dans le domaine du M2M sont le transport, pour la gestion de flotte et la télématique avancée (sécurité, secours, navigation dynamique…). Des segments historiques sous technologie filaire migrent progressivement vers les technologies mobiles, comme la sécurité ou la monétique.

Les segments les plus prometteurs concernent la gestion de la chaîne logistique ouverte, à travers notamment les solutions sous RFID, les systèmes de télé-médecine et les solutions de management de l'énergie, en liaison avec les solutions de gestion de site ou de bâtiments.

Des services innovants apparaissent aussi autour de certaines industries, comme l'assurance automobile ("Pay as you drive"), la distribution automatique ou la gestion des équipements de bureau en maintenance préventive. Contrairement à ce que d'aucuns auraient pu penser, le confort de l'habitat ou les applications de type domotique ne représentent en revanche pas encore d'opportunités économiques crédibles dans les cinq prochaines années, en dehors de la sécurité, déjà bien développée.

(Atelier groupe BNP Paribas - 15/06/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas