En 2011, les technologies phares auront encore des défis à relever

Par 20 décembre 2010
un mobile avec une planete en 3D au dessus

Les tendances technologiques de 2011 ne seront pas forcément celles de l'année passée. Entre autres : le marketing, la publicité et le paiement sur mobile.

De nombreuses technologies qui, au cours de l'année 2010 ont fait beaucoup parler d'elles ne parviendront pas pour autant à s'imposer durant l'année à venir. Voilà ce que l'on peut retenir de l'étude menée par ABI Research. En tête de liste des tendances Higt Tech à l'avenir incertain, on retrouve le marketing sur mobile, qui selon le cabinet restera une pratique professionnelle pas plus utilisée que sur d'autres medias. "Représentant encore en 2011 une faible part du marché en comparaison à la publicité en ligne ou plus traditionnelle, le marketing sur mobile devra relever certains défis", expliquent les spécialistes. 

Les e-marketeurs doivent se tourner vers les tablettes

Tels qu'établir une norme de mesures claires, augmenter les audiences et les revenus, ou rassurer les consommateurs quant au respect de leur vie privée. Les spécialistes recommandent donc plutôt aux e-marketers de miser sur les tablettes tactiles. Car "si les mobinautes vont continuer à acheter des ordiphones, ils vont également se tourner à grand pas vers les tablettes", ajoutent-ils. Autre point : seuls 2% des revenus liés aux services géolocalisés proviendront des publicités sur mobile envoyées à des mobinautes lorsque ces derniers se situent dans un espace prédéfinis. Pourquoi ? "L'outil ne se prête pas à la visualisation des publicités du fait de son petit écran et ne favorise pas la participation des consommateurs", soulignent les consultants.

Le paiement mobile nécessite l'approche unifiée des banques et opérateurs

Avant d'ajouter : "le système promet toutefois une croissance exponentielle et devrait détenir 15% des parts de marché mais seulement d'ici à 2016". Autre grande tendance abordée dans l'étude : les paiements mobiles. Si cette pratique deviendra extrêmement populaire au Etats Unis, elle ne le sera pas à court terme. Et pour cause, tant que les banques et les opérateurs mobiles n'auront pas défini une approche unifiée des services proposés et des modes d'utilisations, "les systèmes de paiements NFC souffriront de la fragmentation des paiements comme cela est déjà le cas pour le paiements par carte de crédit", concluent les auteurs de l'étude.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas