2012 voit les consommateurs connectés adopter la « culture des bonnes affaires »

Par 10 septembre 2012 1 commentaire
téléphone avec le mot "économiser" inscrit sur l'écran

Coupons, applications mobiles et réseaux sociaux sont à la disposition du consommateur connecté. Les consommateurs ont développé de véritables tactiques pour économiser grâce à ces outils, si bien qu'on parle de l'émergence d'une « culture des bonnes affaires. »

 

Les consommateurs cherchent à faire des économies en ligne parce que c'est plus facile et plus rapide, et cette « culture du coupon » est en plein essor. De plus en plus de personnes utilisent les prospectus et les coupons, conséquence, peut-être, des effets de l'économie, au cours des dernières années, sur leur confiance financière. L'enquête RedPlum Purse String 2012 réalisée par Valassis montre une augmentation, cette année, du recours aux tactiques d'économies d'acheteurs qui économisent jusqu'à 50 $ par semaine. Cette année, pratiquement 4 consommateurs sur 5 ont eu plus souvent recours aux prospectus pour planifier leurs achats, à l'impression de coupons et aux coupons mobile ou en ligne. Cette approche économe favorise l'adoption de la technologie tout en permettant un gain de temps.

Les consommateurs plus efficaces grâce au mobile

Les consommateurs réalisent davantage d'économies en ligne comme en magasin : la majorité des personnes interrogées (61%) économisent jusqu'à 30 $ par semaine. Elles utilisent également leur smartphone, non seulement pour accéder à des coupons envoyés par mail (21%), comparer les offres (19%) ou télécharger des coupons (18%) mais également pour télécharger des applications de ristournes (15%), utiliser un SMS proposant une remise (15%) ou rechercher une bonne affaire sur les réseaux sociaux (12%). Grâce à la mobilité et à la facilité d'utilisation des smartphones et à une meilleure connaissance générale, les consommateurs sont plus efficaces quand ils recherchent une bonne affaire et consacrent souvent 2 heures ou moins à ces activités.

Les réseaux sociaux ont un fort potential

Avec l'augmentation de l'utilisation du web et des smartphones, les consommateurs partagent les bonnes affaires sur les réseaux sociaux. La plupart partagent ou échangent des coupons (80%,) ce qui leur permet d'économiser davantage, mais ils veulent encore être plus actifs pour obtenir des remises significatives. La majorité serait prête à souscrire à une newsletter par mail ou à « Aimer » une page Facebook et 17% seraient disposés à poster un deal sur Twitter. Mais cette expansion sociale n'est pas sans susciter une certaine anxiété auprès des consommateurs. Il est intéressant de noter qu'une enquête du mois de juillet de MyBuys montre que, pour renforcer leur expérience de shopping, de nombreux acheteurs préfèrent partager leurs préférences d'achat directement avec leurs cybermarchands préférés plutôt que sur les réseaux sociaux. Plus de la moitié des personnes interrogées se disaient plus préoccupées par le partage d'informations personnelles ou de préférences d'achat sur les réseaux sociaux qu'avec les cybermarchands.

Haut de page

1 Commentaire

Très intéressant ! La "culture du coupon" et la "culture des bonnes affaires". Nous nous permettrons de reprendre ceci dans notre communication ;)

Soumis par Autoreduc.com (non vérifié) - le 11 septembre 2012 à 13h02

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas