La 3D individualise la production industrielle

Par 15 octobre 2008
Mots-clés : Smart city

Misant sur des technologies dites de "rapid manufacturing", le projet Custom.fit réfléchit à la création d'objets uniques adaptés aux besoins du consommateur, notamment dans le secteur de la santé.

La standardisation industrielle a vécu. Vive la personnalisation. Tel est le credo du projet Custom.fit, dont l'objectif est la création d'un système intégré permettant de concevoir, produire et distribuer des produits uniques, parfaitement adaptés aux particularités physiques des individus ainsi qu'à leur leurs attentes. Ce, à travers l’optimisation de technologies dites de « rapid manufacturing » (RM). Ces technologies permettent de coupler la capture de données digitales personnelles à un système 3D. Les paramètres physiques des individus ainsi que leurs préférences sont ainsi facilement intégrables à la phase de conception des produits. Des interfaces logicielles sophistiquées permettent également de traduire ces données subjectives en langage industriel afin de définir la composition des matériaux nécessaires à la phase de production.
 
Certification virtuelle
 
Cette adaptation de la chaîne industrielle en fonction de l'individu sert surtout pour le moment à des fins sanitaires et médicales. Custom.fit a en effet été testé sur des produits comme des cads pour enfants handicapés, des casques de moto, des chaussettes prosthétiques ou encore des implants. À terme, expliquent les chercheurs qui planchent sur le projet, il s'agit pourtant bien de changer de paradigme industriel et de permettre la création à grande échelle d'objets customisés très complexes. Les produits ainsi élaborés étant uniques, il a fallu inventer de nouvelles procédures de certification pour être sûrs que les objets sont conformes aux normes de sécurité existantes, notamment européennes.
 
Usages sanitaires et médicaux
 
Les chercheurs du projet Custom.fit ont donc planché sur l'élaboration de tests virtuels. Autrement dit, il a fallu trouver un moyen de certifier des objets personnalisés avant même qu'ils ne soient produits et donc sans l'aide d'expérimentations physiques. Diverses approches sont envisagées pour la dématérialisation des tests : analyse mathématique où la fonction du produit est décrite par un algorithme ; comparaison à d'autres objets du même type mais standardisée ; tests "itératifs" où des modifications de conception de l'objet permettent automatiquement de satisfaire ses conditions de vérification. Le projet Custom.fit fait partie du sixième programme-cadre pour la recherche et le développement technologique de l'union européenne. Démarré en 2004, il devrait arriver à terme en février 2009.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas