3G : 40 % d'utilisateurs intéressés contre 39 % en 2002

Par 02 décembre 2004
Mots-clés : Smart city

''Quel potentiel pour la 3G en France ?'' C'est ainsi que l'institut de sondage TNS-Sofres a titré sa dernière enquête relative aux usages de la téléphonie mobile dans l'Hexagone. Selon les...

"Quel potentiel pour la 3G en France ?" C'est ainsi que l'institut de sondage TNS-Sofres a titré sa dernière enquête relative aux usages de la téléphonie mobile dans l'Hexagone. Selon les résultats de celle-ci, il apparaît que les attentes des consommateurs sont en phase avec les services promis par la téléphonie de nouvelle génération.

L'institut a ainsi demandé aux consommateurs de noter les services 3G selon l'intérêt qu'ils y porteraient a priori (6 étant la meilleure note, 1 la moins bonne). La visiophonie, ou vidéophonie, a gagné quelques points par rapport à 2002. L'institut remarque que pour les personnes sondées, la visiophonie est porteuse d'une dimension émotive : c'est-à-dire que l'image rendrait la communication plus intense avec les interlocuteurs, notamment.

Autre grand avantage de la 3G, pour les utilisateurs : le gain d'autonomie, dimension plus fonctionnelle. Les consommateurs s'attendent à ce que les services 3G leur fassent gagner du temps.

 Source : TNS Sofres, décembre 2004

40 % d'intéressés en 2002, 39 % en 2004...

Malgré tout, il faut noter que l'intérêt global pour la 3G n'a pas progressé entre 2002 et 2004. Il y a deux ans, 40 % des équipés de téléphone portable se déclaraient intéressés par la 3G. Aujourd'hui, ils sont... 39 % ! Selon TNS Sofres, quatre freins peuvent exspliquer ces résultats décevants :

-  " Le prix du terminal est perçu comme trop cher. A cela s'ajoute le prix des services qui conduira à un accroissement des dépenses dans un contexte de grande sensibilité au prix et de volonté de mieux maîtriser ses dépenses".

- "La technologie : avec la 3G, les peurs associées à l'ordinateur et aux problèmes techniques arrivent dans le monde du mobile (cf. virus et spams ). Les publics les plus 'technophiles' ont également des doutes concernant la qualité de l'image et la continuité du réseau.

- En ce qui concerne la visiophonie : "La restriction de la mobilité liée au fait de devoir tenir le téléphone devant soi lorsque l'on est dans la rue ou dans un lieu public, pour montrer son visage à son interlocuteur".

- Enfin, "la 3G représente une intrusion plus forte du téléphone portable dans la vie privée au travers de l'image : lorsque l'on ne voudra pas se montrer, cela pourra sembler suspicieux".

Défauts d'information et de communication autour de la téléphonie 3G...

Plus globalement, l'institut de sondage note que le niveau de connaissance du terme « 3G », et surtout de son contenu, est assez faible . "Il y a même confusion avec certaines nouvelles technologies telles que le WAP ou le GPRS. La 3G est davantage associée au téléphone et aux caractéristiques avancées du terminal qu'aux services".

(Atelier groupe BNP Paribas - 02/12/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas