4,5 %).

Par 09 juillet 2001
Mots-clés : Digital Working, Europe

Le segment de l’activité Internet (accès et communications) génère un chiffre d’affaires de 4,7 milliards de F, en hausse de 109,3 %, et 33 milliards de minutes de communication, en progression de 1...

Le segment de l’activité Internet (accès et communications) génère un
chiffre d’affaires de 4,7 milliards de F, en hausse de 109,3 %, et 33
milliards de minutes de communication, en progression de 162 %.
Le segment des mobiles (y compris les SMS) a réalisé un chiffre d’affaires
de 55,1 milliards de F, en hausse de 48,6 %, et plus de 35 milliards de
minutes de communication (+ 71,1 %).
Selon ce rapport, la facture moyenne des services fixes (abonnements +
communications) a baissé de 16,3 % pour les entreprises et de 5,7 % pour
les ménages au cours des quatre dernières années. Sur la même période, le
prix des communications a baissé, pour sa part, de 21,4 % pour les ménages
et de 31,9 % pour les entreprises. Le prix moyen des communications longue
distance proposées par les principaux concurrents de France Télécom a
baissé de 29 % sur la période 1999-2000.
La tarification de l’accès à Internet a baissé de plus de 50 % en deux ans
pour une durée de communication inférieure à 30 h par mois. Rappelons que
les tarifs de l’accès à Internet figurent, en France, parmi les plus bas
d’Europe.
Enfin, les tarifs des appels passés d’un poste fixe vers un téléphone
mobile ont baissé de 20 % en 1999 et d’environ 20 % en 2000.
Au 31 décembre dernier, 133 opérateurs, répartis en plusieurs catégories,
étaient titulaires d’une autorisation:
120 opérateurs sont titulaires d’une licence de réseau ou service fixe,
dont 11 opérateurs de boucle locale radio et 16 opérateurs titulaires
d’une licence expérimentale attribuée dans le cadre des expérimentations
liées au dégroupage,
13 opérateurs sont titulaires d’une licence de réseau et services mobiles.
Deux nouvelles catégories d’acteurs ont fait leur apparition en 2000: les
opérateurs de boucle locale radio et les opérateurs titulaires d’une
licence pour conduire des expérimentations dans la perspective du
dégroupage au 1er janvier 2001.
Parmi les 104 opérateurs titulaires d’une licence fixe définitive, 22 sont
autorisés à exploiter un réseau, 61 à exploiter un réseau et à fournir le
service téléphonique, 21 à fournir le service téléphonique sans exploiter
un réseau, en utilisant le réseau d’autres opérateurs pour fournir leurs
services.
Depuis la fin 2000, on assiste également à des mouvements de consolidation
entre opérateurs.
Les nouveaux opérateurs détiennent une part de marché de la longue
distance de 33 % fin 2000, contre 5 % fin 1998. L’ensemble des opérateurs
titulaires d’une licence ont investi 36,3 milliards de F en 1998, 38,7
milliards de F en 1999 et 46,5 milliards de F en 2000. Les opérateurs
ayant obtenu une licence en 2000 prévoient d’investir 34 milliards de F en
cinq ans, dont 18 milliards pour la boucle locale radio.
Le nombre de salariés chez les opérateurs reste stable, aux alentours de
156 000. Il a même légèrement progressé en 2000. Les opérateurs ayant
obtenu une licence en 2000 prévoient de créer 10 700 emplois sur cinq ans,
dont 6 400 chez les opérateurs de boucle locale radio.
La synthèse du 4ème rapport d’activité de l’ART est téléchargeable sur le
site http://www.art-telecom.fr
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 9/07/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas