49% des adultes américains pas si férus de TIC

Par 10 mai 2007
Mots-clés : Smart city

Tous connectés? Peut-être pas... Le cabinet Pew Internet & American Life, qui a édité récemment sur son site une typologie des utilisateurs américains des technologies de l'information et de la communication, constate de fortes disparités...

Tous connectés? Peut-être pas... Le cabinet Pew Internet & American Life, qui a édité récemment sur son site une typologie des utilisateurs américains des technologies de l'information et de la communication, constate de fortes disparités à l'échelle du pays. Si 85% des adultes américains font usage de l'Internet et du téléphone portable, seuls 8% exploitent à haute dose les nouvelles possibilités de l'Internet communautaire. Plus flagrant, 49% des personnes interrogées annoncent utiliser peu ou pas du tout les nouvelles technologies.
 
Friand de classifications, le cabinet d'études a divisé les adultes américains en trois grands groupes, eux-mêmes scindés en plusieurs sous-parties évoquant les différents comportements des Américains par rapport aux NTIC. Voilà qui frôle l'anthropologie!
 
Ainsi, les adeptes des nouvelles technologies représentent 31% des Américains interrogés. Parmi eux, Pew Internet estime que 8% peuvent être considérés comme omnivores, c'est-à-dire qu'ils sont sur-équipés et sur-connectés. Toujours branchés, ils sont généralement en possession de multiples gadgets, bloguent et échangent avec passion sur le Net. Alors que la majorité de ces gros consommateurs de technologies est masculine, les connecteurs (7%) représentent une caste plus féminine, qui s'est généralement intéressée à Internet vers la fin des années 90. Bien équipée, cette population s'intéresse au Web communautaire et s'estime satisfaite des nouvelles possibilités. Enfin, le cabinet délimite deux autres sous-groupes, les mornes vétérans (8%), pionniers des nouvelles technologies quelque peu désabusés, et les améliorateurs de productivité (8%), qui apprécient l'impact des technologies sur leur productivité.
 
Deuxième grand groupe, les utilisateurs modérés, qui représentent 20% des personnes interrogées, dont la moitié est considérée comme centrée sur son mobile, et l'autre moitié comme faisant partie des connectés dépassés, qui, utilisateurs de nouvelles technologies, se sentent malgré tout harcelés par l'explosion de l'offre.
 
Troisième et dernière catégorie, celle des Américains peu adeptes ou réfractaires aux NTIC, qui concerne 49% des sondés, soit presque la moitié des 4 001 adultes de plus de 18 ans interrogés. Selon le cabinet, 8% font partie des utilisateurs inexpérimentés. Généralement connectés, ils se rendent parfois sur les sites communautaires, mais n'exploitent pas comme ils le pourraient les différentes possibilités que leur offrent les NTIC. La majorité d'entre eux ne possède pas de connexion haut débit. Les occasionnels satisfaits (15%), pour leur part, utilisent certaines technologies, mais sommairement. Souvent âgés de plus de 55 ans, ils ne considèrent pas les NTIC comme primordiales et sont satisfaits des avantages qu'elles leur procurent.
 
Enfin, selon Pew Internet, 11% des "membres" de ce groupe font partie des indifférents, qui n'utilisent Internet et le mobile que pour ses fonctions de base, et 15% n'ont accès ni à Internet ni au téléphone portable. Souvent âgés et disposant de faibles revenus, ils se contentent des médias traditionnels.
 
Reste à savoir, pour dépasser la simple constatation, quels sont les choix qui restent à faire pour attirer les réfractaires aux nouveaux usages et permettre à ceux qui ne peuvent en profiter d'y accéder...
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 10/05/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas