6ème édition du Tableau de Bord de l’Innovation du Ministère de

Par 27 novembre 2001
Mots-clés : Smart city, Europe

l’Economie, des Finances et de l’Industrie. La DIGITIP (direction générale de l’industrie des technologies de l’information et des postes) vient de présenter la 6ème édition du Tableau de Bord de ...

l’Economie, des Finances et de l’Industrie.
La DIGITIP (direction générale de l’industrie des technologies de
l’information et des postes) vient de présenter la 6ème édition du Tableau
de Bord de l’Innovation, réalisé en partenariat avec l’INSEE, l’INPI, la
direction des relations économiques extérieures et la direction du Trésor.
Au 1er semestre 2001, le retournement de conjoncture et la crise affectant
le secteur des TIC ont eu notamment des répercussions sur la dynamique de
l’innovation technologique en France.
Les fonds levés au 1er semestre 2001 sur le Nouveau Marché s’élèvent à 163
millions d’euros, contre 360 millions d’euros au 1er semestre 1999 et 1
184 millions d’euros au 1er semestre 2000. Le nombre de sociétés
introduites est le plus faible (+ 6) depuis 1997.
Les fonds investis dans le domaine du capital risque ont diminué de 24 %
par rapport au 1er semestre 2000, passant de 372 millions d’euros à 283
millions d’euros. Le capital risque s’est désengagé du secteur NTIC pour
se recentrer sur le génie logiciel et les sciences de la vie. Les fonds
levés pour le capital investissement atteignent 2,5 milliards d’euros,
contre 2,2 milliards d’euros au 1er semestre 2000 (+ 15 %).
Le nombre de gestionnaires de fonds de capital risque s’élève à 85 au 1er
semestre 2001, en progression de 16 %.
Le lancement de l’appel à projets « incubateurs et fonds de
capital-amorçage » par le ministère de l’Economie, des Finances et de
l’Industrie, et le ministère de l’Education Nationale, de la Recherche et
de la Technologie a permis l’émergence de nouveaux fonds d’amorçage dont
le nombre s’établit désormais à 15.
Au 1er semestre 2001, le nombre de créations d’entreprises dans les
secteurs technologiquement innovants s’élève à 5 141, en diminution de 4,9
%. Le secteur des services de télécommunications affiche une baisse de 37
%, celui du secteur informatique de - 4,4 %. En revanche, le nombre de
créations d’entreprises progresse de 21 % dans les secteurs de l’industrie
et de 10 % dans le secteur de l’audiovisuel.
Les effectifs progressent de 1,3 % au 1er semestre 2001, contre 2,1 % au
1er semestre 2000. Trois secteurs contribuent à cette croissance des
effectifs : les services informatiques (+ 3,6 %), les activités de contenu
(+ 2,7 %) et le secteur des équipements de radio, de télévision et de
télécommunications (+ 1,7 %).
Le nombre de dépôts de brevets par les entreprises françaises est passé de
5 135 au 1er semestre 2000 à 5 025 fin juin 2001 (- 2,1 %), mais il
progresse dans le domaine de la nouvelle économie. L’ensemble de la
nouvelle économie constitué par l’électronique-électricité et la
chimie-pharmacie représente 41 % du nombre total des brevets déposés par
les entreprises françaises.
Le chiffre d’affaires des secteurs technologiquement innovants progresse
de 9 % au 1er semestre 2001, contre une hausse de 12,2 % au 1er semestre
2000. Le plus dynamique est le secteur des équipements de communication
(télécoms, télévision et radio) : + 11 %.
La progression du nombre d’internautes en France se poursuit. Le nombre
d’internautes au 1er semestre 2001, en incluant les jeunes de 15 à 18 ans,
atteint plus de 10 millions
En 2000, le nombre d’ordinateurs hôtes (sous .fr) connectés à Internet
avait augmenté légèrement plus rapidement en France (+ 58 %) que dans les
autres pays de l’Union européenne (+ 44 %). Les données relatives au 1er
semestre 2001 ne sont pas encore connues.
Le nombre de clients du téléphone mobile s’élève à 33 millions fin juin
2001. Le marché reste soutenu avec un taux annuel de croissance de 36 %.
Compte tenu de ce dynamisme, le parc de téléphones mobiles a dépassé au
3ème trimestre 2001 le parc de lignes du téléphone fixe. 55,1 % des
Français sont désormais équipés d’un radio-téléphone, contre 40 % il y a
un an.
Les ventes de micro-ordinateurs aux entreprises et aux ménages a progressé
de 7,8 % entre juillet 2000 et juin 2001. Les ventes de micro ordinateur
au grand public (453 000 unités) ont diminué d’environ 13 % par rapport au
1er semestre 2000. En revanche, les ventes de micro-ordinateurs aux
professionnels ont progressé de plus de 19 % par rapport au 1er semestre
2000. Le parc d’ordinateurs possédés par les ménages français s’élève fin
mai 2001 à 9,2 millions d’unités, soit une hausse de 23 % en un an.
Désormais, le taux d’équipement des ménages s’élève à 33 % contre 27 %
l’an passé.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 27/11/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas