Pour aboutir, un projet technologique doit savoir associer les acteurs clés

Par 18 mai 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

La principale raison expliquant l'échec d'un programme technique est à chercher en amont, dans le processus de réorganisation lié au lancement du projet. D'où l'importance de consulter chacune des parties prenantes.

Les échecs de projet IT qui sont habituellement diagnostiqués comme résultant d'erreurs informatiques ou de gestion découlent en fait souvent d'un problème plus complexe, liés aux changements dans l'organisation sociale de l'entreprise impliqués par le projet. Voilà ce qu'affirme dans une étude* une équipe de chercheurs de l'université de Saint Andrews, en Grande-Bretagne. Celle-ci propose une méthode de gestion du changement adaptée aux projets de cette nature, en particulier dans le domaine de la santé. Il s'agit de déterminer dans quelle mesure le programme mis en place va affecter les différentes parties prenantes, et la manière dont ces changements vont être perçus. Les chercheurs s'intéressent du coup aux relations interpersonnelles pour repérer les risques potentiels d'insatisfaction parmi les acteurs concernés pouvant aboutir à l'insuccès du projet lancé.
Déterminer la place et le rôle des parties prenantes
La méthode que les chercheurs proposent, baptisée "Stakeholder Impact Analysis" (SIA) suit plusieurs étapes. Il s'agit dans un premier temps de déterminer précisément la place des parties prenantes occupant un poste clé. Puis d'observer les changements engendrés lors du lancement d'un nouveau projet dans le rôle de ces acteurs et dans la manière dont ils interagissent. La troisième étape consiste à émettre une hypothèse sur les conséquences de ces changements, eu égard à la gestion du temps, des ressources, des expertises de chacun, mais aussi du statut et de la satisfaction des parties prenantes. Et de déterminer dans quelle mesure ces dernières peuvent considérer les bouleversements à l'œuvre comme injustes. D'après les chercheurs, identifier ce type de risque est essentiel à la réussite d'un projet.
Eviter les résistances de certains acteurs clés
Des acteurs clés pourraient en effet chercher à nuire délibérément au bon déroulement d'un projet, en freinant certaines démarches par exemple. Pour minimiser les chances que cela se produise, les chercheurs appellent les dirigeants de l'entreprise à associer les parties prenantes, en prenant le temps de les consulter, et de mettre en place une structure pour obtenir un retour rapide. Afin de tester leur méthode, les chercheurs ont utilisé comme cas d'étude le compte rendu d'un projet informatique datant de 1992, venant transformer les services londoniens d'ambulances. Les résultats se sont avérés probants. Les scientifiques ont relevé des résistances de certaines parties prenantes du projet, ayant abouti à l'échec du programme.
* "Lessons from the Failure and Subsequent Success of a Complex Healthcare Sector IT Project".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas