"Accéder à une offre d'emploi depuis le moteur, c'est recréer l'exclusivité"

Par 11 mars 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Shift propose une meilleure visibilité aux offres d'emploi des entreprises en les rendant plus accessibles sur les moteurs de recherche, passage obligé de l'internaute. L'Atelier vous propose un tour du propriétaire avec Thomas Delorme, directeur de Shift.

L'Atelier : Comment fonctionne votre solution ?
Thomas Delorme : Notre structure propose trois méthodes pour améliorer le trafic des sociétés via leurs pages de recrutement : l'alimentation d'un site en visiteurs via le référencement, un accompagnement des campagnes online et une offre de construction de sites. Celle que vous évoquez, la première, permet de recréer des sites miroirs qui reproduisent les pages de recrutement des entreprises. Sauf que nous rendons ces dernières lisibles par un moteur de recherche. Nous faisons en quelque sorte un travail de surcouche pour drainer le trafic des moteurs de recherche vers le site de l'entreprise sans avoir à passer par une plate-forme d'offres d'emplois traditionnelle.
Quel est l'intérêt pour une entreprise de cibler directement les moteurs de recherche alors que les sites d'emploi sont de plus en plus efficaces et ciblés ?
15 % des internautes fréquentent des sites d'emploi, alors que 95 % vont sur des sites de recherche. Ce que nous proposons, en fait, c'est d'élargir les possibilités pour les entreprises d'atteindre des candidats potentiels. Les requêtes Google liées à l'emploi sont en constante hausse (environ 38 millions au seul mois de février). Les moteurs doivent donc être considérés comme un support sérieux. Il y a une autre raison : sur les jobboards, tous les concurrents d'une entreprise sont affichés au même niveau. Un candidat qui cherche activement un emploi va du coup postuler en série aux offres. Ce que nous cherchons du coup à recréer, c'est l'exclusivité. C'est proposer aux entreprises d'avoir un coup d'avance.
Ce que vous proposez, finalement, c'est de faire des moteurs de recherche de véritables jobboards
C'est vrai, les moteurs sont de plus en plus des plates-formes d'emplois. Aujourd'hui, les internautes posent des questions plus complexes aux moteurs en général et à Google en particulier. Et ce dernier y répond de mieux en mieux. Si l'on revient sur la question de l'emploi, il est souvent difficile pour un candidat d'identifier les sites qui lui correspondent. Il fait du coup appel à un intermédiaire, qui est le moteur.
Mais nous ne voulons pas que le moteur remplace le jobboard. Il le complète : ce dernier correspond à une demande spécifique de l'entreprise - trouver un candidat pour une offre - alors que la visibilité sur un moteur répond à un effort plus global d'image, une amélioration du trafic. Ce qui est sûr, c'est qu'à terme, les entreprises apprendront par quel biais elles peuvent atteindre certains profils, et à quel prix. Ce, pour aller au plus juste. Je prends l'exemple d'une compagnie comme Air France : elle est parfaitement identifiée pour les offres concernant un poste d'hôtesse ou de pilote. Elle l'est beaucoup moins pour un emploi d'informaticien. Le passage par le moteur pourrait donc se révéler plus intéressant, et baisser le coût d'acquisition.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas