Pour accélérer sa croissance, France Télécom mise sur les mobiles, l'Internet et l'international.

Par 18 mars 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Après avoir réalisé un résultat net de 15 milliards en 1996, 14,9 milliards en 1997, 15,1 milliards en 1998, Michel Bon, le président de France Télécom affirme que cette page de l'histoire de l'entr...

Après avoir réalisé un résultat net de 15 milliards en 1996, 14,9
milliards en 1997, 15,1 milliards en 1998, Michel Bon, le président de
France Télécom affirme que cette page de l'histoire de l'entreprise est
sur le point d'être tournée "1999 devrait être l'année du retour de la
croissance du chiffre d'affaires et du résultat" en précisant qu'au
minimum "la croissance du chiffre d'affaires sera égale à celle de 1998,
et celle du résultat opérationnel supérieure à celle du chiffre
d'affaires".
France Télécom a réalisé en 1998 un chiffre d'affaires de 161,7 milliards
de F en progression de 5,2 %, un résultat opérationnel de 28 milliards de
F en hausse de 4,9 % et un résultat net de 15 milliards de F, en
progression de 1,5 %.
Pour ce retour à la croissance, France Télécom mise, comme l'an passé, sur
les mobiles, l'Internet et l'International.
Ayant réalisé en 1998 un chiffre d'affaires en hausse de 43,7 %, le
téléphone mobile représente désormais 15,2 % des revenus du groupe. Les
activités mobiles françaises ont dégagé pour la première fois en 1998 un
résultat opérationnel positif (- 950 millions de F en 1997, + 1,9 milliard
en 1998). Cette tendance devrait se poursuivre en 1999 grâce au dynamisme
du marché.
La rentabilité des activités liées à Internet est, en revanche, plus
difficile globalement à apprécier. Si la vente de liaisons louées et
l'augmentation induite du trafic local sont rentables, le métier de
fournisseur d'accès Wanadoo ne l'est pas encore. Toutefois, Internet est
en passe de devenir un véritable pôle de croissance capable de compenser
partiellement les baisses de revenus dans la téléphonie fixe (chiffre
d'affaires de 93,5 milliards de F en recul de 3,7 % et résultat
opérationnel de 28,7 milliards de F en chute de 5 %).
Le trafic de données a progressé en 1998 de plus de 300 % en volume.
L'Internet représente plus de 25 % de la croissance du trafic total.
Pratiquement inexistante il y a encore deux ans, cette activité génère un
chiffre d'affaires de 2,4 milliards de F.
L'international devrait également contribuer à la croissance du chiffre
d'affaires au fur et à mesure de l'ouverture des services.
En deux ans, le chiffre d'affaires international a pratiquement doublé
passant de 6,7 milliards en 1996 à 16 milliards de F en 1998. Le résultat

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas