Adap.tv relie les annonceurs aux générateurs de contenu vidéo

Par 09 octobre 2008
Mots-clés : Future of Retail

La plate-forme permet aux bloggeurs de monétiser le contenu vidéo qu'ils génèrent en y intégrant des publicités contextuelles d'annonceurs. Lesquels bénéficient en retour d'une exposition accrue.

Environ un an après avoir levé dix millions de dollars, Adap.tv a réussi une seconde levée de fonds. Cette fois treize millions de dollars ont été collectés pour accélérer le développement de leur plate-forme publicitaire. Un succès sûrement lié à son positionnement. "Adap.tv veut être à la vidéo ce que Adsense est déjà au texte", commente Ronan Pelloux, le cofondateur de l'agence publicitaire Creads. Intitulée "One Source", cette plate-forme entend tirer parti du potentiel des contenus vidéo édités par des Webacteurs pour les réseaux publicitaires et les annonceurs. Adap.tv veut en effet aider les sociétés qui veulent communiquer de façon originale à trouver automatiquement de nouveaux supports sans avoir besoin de prospecter. En retour, le système permet aux clients de monétiser le contenu vidéo qu'ils mettent en ligne sur des pages personnelles et / ou des sites de partage tels que Metacafe ou GoFish. La génération du contenu en question - qu'il vienne d'utilisateurs ou de professionnels – est sans importance. Dans le deuxième cas, la plate-forme vérifie seulement que son éditeur a le droit de le diffuser.
Cent millions de pubs disponibles
La vidéo est analysée à l'aide d'outils divers (contexte, mots clés, traduction voix texte etc.) pour que les publicités qui y seront adjointes soient ciblées le mieux possible. Étant lié à une cinquantaine de réseaux publicitaires, Adap.tv dispose d'une banque de plus de cent millions d'annonces. Ce sont ces réseaux qui payent le site afin qu'il leur trouve de nouveaux éditeurs. Lesquels sont ensuite rémunérés au taux par clic, Adapt.tv se réservant bien sûr une commission pour chacun d'entre eux. Chacune des deux parties, l'éditeur comme l'annonceur, est libre de choisir le type de réclames qu'elle souhaite voir défiler sous ses vidéos ou le contenu auquel elle préfère être associée. Un annonceur est en droit de refuser que sa marque apparaisse lors d'une vidéo évoquant des sujets comme le sexe, la drogue, la violence.
Bannières vidéo en pre-roll
De la même manière, un bloggeur peut sélectionner le type de publicité qu'il considère être le moins intrusif. Adapt.tv propose plusieurs options adaptables à chaque publicité particulière. Celles-ci sont placées en pre-roll, à l'intérieur des vidéos ou à la fin de celles-ci. Il peut s'agir de plein écran ou de simples bannières. L'un de ces formats est un intertitre en pre-roll durant entre cinq et sept secondes. Son utilisation ? Communiquer un simple texte, un média plus riche, ou de véritables vidéos pouvant être agrandies dès qu'on clique sur elles. "Il ne s'agit pas de publicité 2.0 proprement dite, car les annonces demeurent le plus souvent le fait de professionnels. Mais cela permet effectivement à des bloggeurs de jouer aux éditeurs. YouTube commence à faire la même chose  pour les vidéos en UGC", conclut Ronan Pelloux.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas