Adobe Max : ouverture et un peu d'audace

Par 05 décembre 2008

Adobe tente de prendre du large sur le terrain des RIA et de séduire développeurs et entreprises.

Bon nombre de sessions étaient consacrées au développement et aux intégrations des plates-formes d’Adobe au sein des entreprises. Tout l’écosystème de ce que l’on appelle désormais la Flash Platfom (clients Flash / AIR, serveurs de médias, serveurs de données, outils de création et de développement, base de données, et framework) et qui dialogue aussi bien avec des systèmes open source que tiers prend de la vitesse. Adobe tente de prendre du large vis-à-vis de Microsoft venu sur le terrain des RIA avec Silverlight. Adobe a présenté quelques audaces technologiques lors du salon : futurs projets technologiques, ouverture vers des plateformes aussi bien open source que des systèmes propriétaires, la possibilité de coder en Flex dans Visual Studio de Microsoft...
Des projets mineurs mais prometteurs
Les solutions proposées font preuve d’une souplesse qui se veut universelle afin de s’imposer. Un choix d’ouverture qui pourrait être payant à terme. C’est une main tendue faite aux développeurs, notamment de .Net. Côté plate-forme, Adobe pousse un ensemble de solutions pour serveurs et base de données : on retrouve ColdFusion avec Bolt qui permettra d’accentuer l’échange de données avec Flex, LiveCycle et BlazeDS pour une grande souplesse d’intégration dans un environnement d’entreprise. Des petits projets émergent et semblent prometteurs : Outre Pixel Bender, une nouveauté du nom d’Alchemy qui permet de compiler du C/ C++ dans du flash sans faire usage de DLL supplémentaires.
Traiter le fichier dans Flash
Si Alchemy est plus destiné à faire tourner du code d’un bloc, il semble avoir des débouchés dans certains domaines. Premières démonstrations ludiques : ce jeu de Quake sous flash ou cet émulateur de jeu la super Nes - la vieille console de Nintendo - qui parvient à faire tourner Super Mario Bros. Mais Alchemy n’est pas destiné au jeu. Outre la possibilité de lire les PDFs dans du Flash - chose auparavant impossible - l’importation d’un fichier image au format RAW (format d’image professionnel très lourd) est désormais possible. Le fichier peut être ainsi traité dans Flash en quelques secondes. Ce qui démontre ses capacités de traitement. A quand un Photoshop Express en ligne pour les professionnels ?

Galdric Pons, envoyé spécial de L'Atelier à Milan

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas