Les affiliations politiquement dangereuses des «Google bombing» !

Par 22 janvier 2004

Selon Google, cela ne représente presque rien. A peine une recherche sur 200 millions par jour. Le résultat n'en demeure pas moins étonnant. En allant sur le moteur de recherche de Google.com...

Selon Google, cela ne représente presque rien. A peine une recherche sur 200 millions par jour. Le résultat n’en demeure pas moins étonnant. En allant sur le moteur de recherche de Google.com, vous tapez les mots clefs « miserable failure » et dès la première page, vous tombez sur les pages officielles de Georges Bush (biographie présidentielle sur le site de la Maison blanche), Hillary Clinton, ou encore Jimmy Carter.
La cause de ces résultats ? Une série de « Google Bombing » : des malfaiteurs se réunissent et décident, forts de la popularité de leur site (une vingtaine d’entre eux pourrait suffire selon le New York Times), d’employer régulièrement la même expression (ici « miserable failure ») dotée d’un lien hypertexte dirigeant l’internaute sur la page web visée !
La technologie de référencement de Google étant également celle de Yahoo ! et de Hotbot, les deux grands concurrents du premier moteur de recherche mondial aux Etats-Unis, ce type de classement reparaît également chez eux. MSN n’est pas non plus épargné. Des fans tentent sur certains forums d’allumer des contre feux. Mais les pages demeurent toujours.
(Atelier groupe BNP Paribas – 22/01/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas