Afin de mieux concurrencer Deutsche Telekom, Mannesmann veut marier ses

Par 16 juin 1997
Mots-clés : Digital Working, Europe

deux réseaux Mobilfunk (mobile) et Arcor (fixe). Bien que Mannesmann envisage de marier ses deux réseaux, il n'est pas question de fusionner les deux sociétés. Mannesmman contrôle 65 % de Mobilfunk,...

deux réseaux Mobilfunk (mobile) et Arcor (fixe). Bien que Mannesmann
envisage de marier ses deux réseaux, il n'est pas question de fusionner
les deux sociétés. Mannesmman contrôle 65 % de Mobilfunk, les 35 % restant
étant dans les mains d'AirTouch. Quant à Arcor, elle est détenue à 50,2 %
par la compagnie allemande de chemins de fer Deutsche Bahn, le reste par
un consortium regroupant Mannesmann (majoritaire), ATT, Unisource et
AirTouch.
Ainsi, dès 1998, les abonnés allemands pourront utiliser tout aussi bien
leur téléphone comme un "sans fil" chez eux que comme cellulaire à
l'extérieur. Selon qu'il se trouve chez lui ou dans la rue, le prix de ses
communications ne sera pas le même. Non seulement cette offre s'adresse
aux 2,7 millions d'abonnés du réseau D2 exploité par Mannesmann Mobilfunk,
mais également à ceux de Mannesmann Arcor. Constituant une première en
Europe, le groupe veut s'attaquer avec ce projet au marché grand public.
Les terminaux bi-mode GSM-DECT ont été retenus par Mannesmann. Si au
niveau mondial, la norme GSM s'est généralisée, l'accroissement du trafic
oblige les opérateurs désormais à multiplier les antennes relais en
utilisant la microcellularisation. Les opérateurs français, italiens ou
allemands ont retenus la norme DECT. Pour le début de l'année prochaine,
la branche télécoms de la Générale des Eaux prépare du reste une offre
bi-mode GSM-DECT mais destinée uniquement aux professionnels. Désormais,
la plupart des équipementiers travaillent sur des terminaux de type
bi-mode intégrant les données, les accès Internet et l'accès à différents
serveurs.
(La Tribune - Les Echos - Le Figaro - 17/06/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas