Afrique : WLAN et GPS éteignent les incendies

Par 15 septembre 2008
Mots-clés : Smart city, Afrique

Le Fraunhofer déploie une infrastructure de communication radio permettant aux différents véhicules de secours de partager leurs informations afin d'éteindre au plus vite un feu.

Les zones arides d'Afrique sont souvent le berceau d'incendies. Des feux difficiles à maîtriser, en raison du manque de coordination des forces de sécurité, qui ne disposent pas toujours des moyens de communication adéquats. D'où l'initiative de l'un des instituts du Fraunhofer, qui travaille sur une infrastructure de communication permettant aux forces spéciales d'obtenir un grand nombre des données nécessaires pour éteindre au plus vite un feu. Le système fonctionne sur le biais de la collaboration : dès qu'un incendie est annoncé, un véhicule "leader" contenant une antenne satellite et des capteurs de mesure est envoyé sur les lieux, qui transmet des informations à un poste central. Il est relié aux autres véhicules par un réseau radio, qui utilise le WLAN ou le WiMax selon les disponibilités. Chaque unité de secours dispose d'un ordinateur relié au poste de contrôle, et d'un GPS lui permettant d'obtenir la localisation exacte du feu.
Un réseau radio
Les pompiers pourront disposer d'images satellites leur permettant d'avoir une idée de l'étendue de l'incendie ou encore des conditions météorologiques. Ils pourront également communiquer avec les autres véhicules par téléphone, vidéo ou Internet, sans craindre d'être interrompus. Et c'est l'un des principaux avantages de l'initiative : elle n'aura pas besoin de passer par des modes de communication coûteux comme le satellite, qui est souvent le seul support disponible dans les zones reculées. Selon les chercheurs, le déploiement du projet a nécessité beaucoup de travail au niveau de la sécurisation de la transmission des informations. En effet, il est primordial dans ce genre de situations que les données transmises le soient entièrement, sans retard ni omissions. Les responsables du projet ont donc déployé des protocoles de transferts d'information qui permettent d'assurer que les paquets de données soient arrivés à destination sans avoir été altérés.
Détecter la qualité de transmission des données
Le système intègre ainsi une solution capable de détecter les détériorations, et leur gravité : ainsi, si un message audio arrivé est amputé d'une syllabe, il sera considéré comme malgré tout compréhensible. Au contraire, s'il manque des pixels à une image satellite, elle sera envoyée de nouveau par l'ordinateur. Côté sécurité, chaque donnée est cryptée afin d'être inaccessible aux personnes sans autorisation. Le dispositif sera présenté à l'occasion de l'exposition Insite, qui se déroulera du 15 au 17 septembre à Sandton (Afrique du Sud). A noter : d'autres projets similaires permettent de rétablir les communications après une catastrophe, ou de proposer des solutions high-tech visant à simplifier le travail des secours. Le NIST, par exemple, propose un système de bornes relais permettant de maintenir un réseau de communication sans-fil à double sens.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas