Airtist.com rémunère les artistes et propose le téléchargement sans DRM

Par 16 octobre 2006
Mots-clés : Future of Retail

Après eMusic, qui proposait le téléchargement payant sans DRM (Digital Rights Management), ou SpiralFrog, site de téléchargement de morceaux protégés par DRM mais accessibles gratuitement...

Après eMusic, qui proposait le téléchargement payant sans DRM (Digital Rights Management), ou SpiralFrog, site de téléchargement de morceaux protégés par DRM mais accessibles gratuitement, financés par la publicité, Airtist.com débarque sur le marché de la musique en ligne. Nouveauté : l'interface met à disposition des internautes des morceaux sans DRM, payants ou gratuits contre le visionnage d'une publicité, selon le choix des artistes.
 
La plate-forme française, disponible pour le moment en version bêta, compte 2511 morceaux de musique et 186 artistes dans son catalogue. Celui-ci, découpé en huit catégories, Pop/Rock, Electronique, Hip Hop/Soul/Funk, Reggae, Musique du monde, Jazz, Classique et Autres, devrait prochainement s'étoffer.
 
Selon Olivier Reynaud, fondateur du site, Airtist.com peut s'enorgueillir "d'artistes connus comme les Dax Riders, Matmatah, Seb Martel, Gogol premier, Yann Tiersen et Shannon Wright". Et de nombreux autres jeunes groupes sont à découvrir.

Airtist.com propose plus de libertés aux artistes et aux internautes, sans oublier la question de la rémunération(cliquez pour agrandir)
Pour pouvoir proposer les titres au format MP3 sans verrou numérique, le site a signé un contrat d'autorisation de téléchargement et d'écoute à la demande d'œuvres avec plusieurs sociétés de gestion collective de droits d'auteur comme la SACEM, la SDRM et SESAM.
 
Les morceaux pourront être acquis de plusieurs manières. Les artistes qui le souhaitent les mettront gratuitement à disposition contre le visionnage d'une publicité. Les autres mettront leurs productions en vente pour un prix minimum de 0,20 centimes d'euros le titre et 2 euros l'album. L'achat ne peut se faire à l'unité : l'utilisateur doit acheter au préalable un forfait allant de 10 à 100 euros.
 
Alors que la question de la rémunération des auteurs inquiète le milieu artistique, Airtist.com s'engage à verser une importante partie de ses gains aux groupes. Pour chaque titre vendu, le site redistribue   70 % du prix de vente hors taxe. Et dans le cas du téléchargement gratuit, l'artiste perçoit 0.11 euros hors taxe par morceau. Enfin, la plate-forme a annoncé verser 0.01 euro pour chaque téléchargement à des associations caritatives. En un mois, 1500 ventes ont déjà été enregistrées.
 
En parallèle des autres plates-formes de téléchargement légal, Airtist.com propose plus de libertés et de souplesse aux artistes et aux internautes, sans faire abstraction de la question de la rémunération. Un nouveau modèle de peer-to-peer légal est-il né ?
 

Mathilde Cristiani, pour L'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas – 16/10/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas