Alcatel installe les stations 3G à domicile

Par 09 octobre 2007
Mots-clés : Digital Working

Les particuliers et les entreprises pourront bientôt installer leur propre station GSM dans leurs murs afin d'améliorer la couverture réseaux. Et permettre aux opérateurs de réaliser de conséquentes économies.

Particuliers et entreprises hébergeront prochainement leur propre émetteur de téléphonie mobile. C'est l'objectif d'Alcatel-Lucent, qui développe en partenariat avec Sagem Communications une mini-station de base capable de fournir au domicile ou au bureau des abonnés mobiles une couverture 3G UMTS/HSPA. La station, baptisée Femto BSR (Base Station Router), devrait permettre une meilleure couverture des réseaux mobiles pour les utilisateurs, et un allègement des coûts d'exploitation et d'investissement pour les opérateurs - le système simplifiant les architectures de réseaux. "La station réunit toutes les fonctions d'accès radio en unité compacte unique, ce qui évite de déployer des contrôleurs de réseau radio supplémentaires", explique à ce sujet Alain Biston, président des activités W-CDMA d'Alcatel-Lucent.
 
Alléger le réseau global des opérateurs
 
L'émetteur Femto BSR consiste en un petit boîtier W-CDMA contenant la totalité des éléments d'accès radio UMTS/HSPA, soit la station de base et le contrôleur de réseau radio. Cette mini-station est fondée sur l'architecture flat IP d'Alcatel, et propose des fonctions sans-fil de haute qualité, chez soi mais également à l'extérieur. Elle utilise la connexion DSL de l'utilisateur pour transmettre le trafic voix et données sur le réseau UMTS de l'opérateur. Principal avantage de cette solution, qui prend également en charge les réseaux HSPA et IMS : elle permet aux opérateurs de décharger leur réseau global. Les applications de voix et de données sont pour leur part transmises en mode circuit, ou en mode paquet pour les applications de données seules.
 
Améliorer la couverture indoor
 
En ce qui concerne l'accès aux réseaux mobiles 3G, "la BSR Femto est une solution idéale pour aider les opérateurs mobiles à répondre à la demande de services téléphoniques et haut débit mobiles de qualité chez soi", ajoute Alain Biston. Elle devrait ainsi améliorer la couverture réseaux à l'intérieur des bâtiments. Un service d'autant plus indispensable que, selon la société, la moitié des utilisateurs mobiles se plaindrait du manque de qualité du réseau "indoor" actuel. Pour le moment, aucune date de commercialisation n'a encore été annoncée. Mais deux versions de la mini-station devraient être disponibles. L'une consistant en une unité 3G autonome avec connexion Ethernet vers un modem DSL, l'autre en une unité intégrée compatible UMTS, DSL et Wi-Fi. Toutes deux fonctionneront avec l'ensemble des mobiles UMTS/HSPA conformes à la norme 3GPP, un consortium visant à établir des spécifications techniques pour les réseaux 3G mobiles.

Des technologies mobiles toujours plus performantes
Alors que les réseaux GSM (Global System for Mobile Communications) de 2G utilisent généralement des gammes de fréquence comprises entre 900 et 1800 MHz, et que la norme 2,5G (ou GPRS – General Packet Radio Service), fournit un débit pratique maximal d'environ 115 kbit/s, la 3G, qui s'appuie sur la norme UMTS (Universal Mobile Telecommunications System), permet des débits compris entre 144 et 384 kbit/s.
A terme, elle devrait parvenir à la vitesse théorique de 2 Mgbit/s (ou 2 000 kbit/s). Enfin, le protocole HSDPA, ou 3,5G, devrait battre tous les records en permettant de télécharger à des débits allant de 1,8 Mbit/s jusqu'à 14,4 Mbit/s.

Mathilde Cristiani

(cliquez pour agrandir)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas