Alcatel-Lucent prévoit de supprimer 1 468 emplois

Par 15 février 2007

Deux mois après la fusion du français Alcatel et de l'américain Lucent, l'équipementier télécoms Alcatel-Lucent a annoncé vouloir supprimer 1 468 postes sur ses sites français d'ici la fin 2008...

Deux mois après la fusion du français Alcatel et de l'américain Lucent, l'équipementier télécoms Alcatel-Lucent a annoncé vouloir supprimer 1 468 postes sur ses sites français d'ici la fin 2008, soit 12% de ses effectifs en France. Ces suppressions d'emplois interviennent dans le cadre d'un "plan global de réductions des coûts de 1,7 milliard d'euros", a précisé le groupe dans un communiqué.
 
Ce plan de restructuration devrait, à terme, conduire à la disparition de 12 500 emplois au sein d'Alcatel-Lucent dans le monde, essentiellement en Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis. Les 1 468 postes qui seront supprimés en France le seront principalement en région parisienne. Le groupe a par ailleurs expliqué que ces licenciements se feront sur la base du volontariat. La direction proposera ainsi aux salariés concernés des réaffectations au sein de l'entreprise, des réalisations de projets professionnels externes et des départs en retraite anticipée.
 
Pour expliquer la suppression de ces emplois, Alcatel-Lucent affirme que cette mesure est "la traduction directe d'annonces antérieures concernant la fusion entre Alcatel et Lucent, l'acquisition des activités UMTS de Nortel et le récent durcissement des conditions de marché".
 
Gérard Larcher, le ministre délégué à l'Emploi, a par ailleurs annoncé que le gouvernement avait rencontré les dirigeants d'Alcatel-Lucent. "Nous avons demandé au directeur général et au directeur des ressources humaines d'utiliser l'ensemble des outils de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences –mobilité interne, mobilité externe, essaimage- pour qu'aucune solution de soit pas explorée", a précisé le ministre à l'Assemblée Nationale.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 15/02/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas