Alcatel vise le troisième rang mondial

Par 08 juin 1999
Mots-clés : Digital Working, Europe

Après deux années noires (1997 et 1998), Alcatel a conclu au cours des six premiers mois de l'année, pour plus d'un milliard d'euros (6,56 milliards de F) de contrats pluriannuels (Deutsche Telekom,...

Après deux années noires (1997 et 1998), Alcatel a conclu au cours des six
premiers mois de l'année, pour plus d'un milliard d'euros (6,56 milliards
de F) de contrats pluriannuels (Deutsche Telekom, Mannesmann, Dutch Tone).
Hier, SFR a annoncé à son tour un contrat de 305 millions d'euros. Alcatel
prévoit de nouveaux contrats avec France Télécom et le portugais TMN.
Président des activités communications radio représentant environ un
chiffre d'affaires de 10 milliards de F, Gérard Dega estime "après une
année 1998 particulièrement horrible, nous sommes en train de regagner
notre crédibilité" auprès des opérateurs. "En 1997 et l'année suivante, on
s'est fait "jeter" respectivement par le réseau parisien de SFR et
Itinéris (France Télécom. Prendre une claque cela rend toujours service".
S'attendant à une nouvelle progression au second semestre, Alcatel
maintient son objectif minimal d'un retour à l'équilibre pour cette
activité jusque là déficitaire.
Les livraisons devraient progresser en 1999 de 50 à 60 % en volume et de
25 % en valeur. Alcatel parie désormais sur un marché de l'infrastructure
mobile dynamique avec une croissance d'environ 20 %.
Aujourd'hui, Alcatel compte sur ses nouvelles solutions adaptées au réseau
GSM et exploitant la technologie dite GPRS (General Packet Radio Service)
pour encourager les opérateurs à accroître les performances de leur
réseau, en attendant de passer à la troisième génération de téléphonie
mobile, l'UMTS.
Après avoir enregistré des pertes en 1998 dans le secteur des
infrastructures mobiles, Gérard Dega entend désormais rejoindre les deux
leaders mondiaux du secteur Nokia et Ericsson, en laissant derrière lui
Motorola, Nortel et Siemens.
Alcatel revendique à ce jour une part de marché d'environ 10 % "on devrait
gagner deux points cette année".
(Les Echos - La Tribune - le Figaro - 9/06/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas