En Allemagne, la carte d'identité fonctionne aussi en ligne

Par 26 février 2010
Mots-clés : Smart city

Outre-rhin, identité réelle et identité numérique se certifient en utilisant une seule et même carte. Les sites concernés ne pourront accéder qu'aux informations qu'ils sont autorisés à consulter.

La nouvelle carte d'identité électronique allemande - prévue d'ici novembre 2010 - permettra de certifier son identité en ligne et de signer des documents électroniques. "Il sera possible de procurer des informations personnelles à un fournisseur de services de manière sécurisée", explique à L’Atelier Petra Hoepner, qui a travaillé sur le projet au sein de l’institut Fraunhofer pour les Systèmes de Communication Ouverts. "Soit pour des plates-formes d’e-commerce, soit pour des services administratifs". Pour pouvoir utiliser ces fonctions, les citoyens allemands devront s’équiper d’un logiciel spécifique, ainsi que d’une lecteur de carte. De leur côté, les sites désirant utiliser ce service devront être certifiés auprès d’organismes officiels.
Uniquement les informations qu’ils sont autorisés à consulter
De la sorte, ils obtiendront un certificat stipulant les informations qu’ils seront autorisés à consulter", précise Petra Hoepner. Par exemple le nom et l’adresse mais pas l’âge. "La carte peut aussi se contenter de répondre à une question comme par exemple : ‘cette personne a-t-elle plus de 18 ans ?’ sans fournir aucune autre information supplémentaire". Les internautes se verront présenter une requête précisant la nature des informations que le site est autorisé à consulter. Des renseignements sur celui-ci sont également fournis. Ils doivent la valider en rentrant un code PIN personnalisable à 6 chiffres. Techniquement, un serveur certifié et sécurisé va accéder à l’information et la transmettre au site en question.
Signature électronique = signature manuscrite
"Les grosses entreprises et les organismes gouvernementaux voudront disposer de leur propre serveur", explique la chercheuse allemande. "Les autres feront appel à un service tiers". La fonction de signature électronique, quant à elle, sera optionnelle et nécessitera de souscrire au service. Elle permettra de signer un document en utilisant sa carte électronique et son code PIN. "La signature est alors encryptée dans le document et a la même valeur légale qu’une signature manuscrite", précise Petra Hoepner. La carte contiendra aussi des outils biométriques à destination de la police ou des douanes. Quatre vingt millions de personnes devraient en être équipées d’ici dix ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas