En Allemagne, Deutsche Telekom prépare sa contre-attaque sur les tarifs.

Par 01 septembre 1998
Mots-clés : Digital Working, Europe

Selon une enquête de l’institut “dimap”, depuis l’ouverture à la concurrence en janvier dernier du marché allemand, 72 % des abonnés allemands assurent n’avoir “jamais” fait appel aux services des n...

Selon une enquête de l’institut “dimap”, depuis l’ouverture à la
concurrence en janvier dernier du marché allemand, 72 % des abonnés
allemands assurent n’avoir “jamais” fait appel aux services des nouveaux
venus, 19 % ne les utilisent que “de temps à autre”, seuls 13 % des
clients âgés de 18 à 29 ans recourent “fréquemment” aux compagnies
privées.

Les nouveaux opérateurs rivalisent d’imagination pour séduire les
consommateurs. Ainsi, à partir du 1er septembre, Mannesmann Arccor
baissera ses tarifs jusqu'à 35 % pour les appels nationaux. De plus, ses
abonnés bavards bénéficieront d’un rabais supplémentaire dès que leur
facture dépassera 100 marks par mois (335 F).
Toujours à compter du 1er septembre, l’autre grand concurrent Otelo
facturera les appels locaux moins cher que Deutsche Telekom.

Ne pouvant demeurer en reste, d’ici à la fin de l’année, Deutsche Telekom
proposera à ses abonnés d’appeler six numéros allemands ou étrangers
préalablement choisis (cinq sur téléphone fixe, un sur téléphone portable)
à des conditions très avantageuses et d’utiliser le même numéro de
téléphone portable et fixe.

Selon une enquête de IFO de Munich, 38 % des grandes entreprises se
déclarent prêtes à résilier leurs contrats avec Deutsche Telekom. Si 56 %
lui restent fidélès, 9 % hésitent.

Selon IFO, pour l’instant la clientèle n’en est qu’au stade des tests et
cherche à y voir plus clair dans les différents tarifs.
(Le Figaro - 1er/09/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas