Allofmp3.com: un site remet en cause l'entrée de la Russie à l'OMC

Par 10 octobre 2006

Un site Internet qui ferait vaciller l'entente entre deux puissances? Il semblerait qu'Allofmp3.com ait ce pouvoir. A la veille de l'entrée...

Un site Internet qui ferait vaciller l'entente entre deux puissances? Il semblerait qu'Allofmp3.com ait ce pouvoir. A la veille de l'entrée de la Russie à l'OMC, la plate-forme russe de téléchargement de musique sur Internet, qui propose des albums à des prix bradés, est pointée du doigt par les Etats-Unis. En cause: le droit à la propriété intellectuelle.
 
Le département du Commerce américain a été catégorique: la fermeture du site sera un prérequis à l'entrée de la Russie au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce. La représente du département, Susan Schwab, a d'ailleurs affirmé avoir du mal "à imaginer la Russie devenir un membre de l'OMC avec des sites de ce genre en activité qui violent la propriété intellectuelle de tout le monde".
 
Car sur Allofmp3.com, les prix sont bradés. Le site, qui peut s'enorgueillir d'un catalogue important et international, propose ainsi aux internautes américains et européens le téléchargement d'albums entiers pour des prix allant de 2 à 3 dollars, contre une dizaine aux Etats-Unis. Pour le cabinet XTN, le site ferait même partie des 1000 interfaces les plus visitées en Angleterre, juste derrière iTunes Music Store.

Allofmp3.com propose des albums à prix bradés. Une politique qui déplaît à l'OMC...(cliquez pour agrandir)
Selon les Etats-Unis, cette braderie musicale, jointe au piratage et aux contrefaçons en Russie, représente pour les sociétés américaines un manque à gagner de 1.8 milliard de dollars. L'importance de la somme a remis la question de la propriété intellectuelle au cœur des préoccupations américaines. Et fait du dossier Allofmp3.com une des raisons, avec les questions agricoles et de commerce extérieur, du refus de l'intégration de la Russie à l'OMC.
 
Pourtant la Russie avait joué les bons élèves. Sur le sujet du droit d'auteur, le pays avait récemment adopté une nouvelle législation, votée il y a deux ans mais jamais appliquée. Le site, de son côté, annonce être "en total respect des lois russes", et note qu'il préconise "à chaque utilisateur de vérifier les lois du pays dans lequel il vit". Cette manière de se dédouaner n'a visiblement pas satisfait les Etats-Unis...
 
Les négociations ne sont pas en bonne voie, la Russie ayant refusé la fermeture de sa plate-forme. Pour Ilya Levitov, "Washington utilise l'aspiration de la Russie à entrer dans l'Organisation Mondiale du Commerce pour faire pression sur le pays et aider les entreprises américaines". Question éthique ou enjeux commerciaux? Le conflit ne semble pas prêt de se terminer...
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 10/10/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas