Les amateurs de social game ne sont pas que des réfractaires au jeu

Par 20 mai 2011
un robot joue à un jeux vidéo

Si les jeux sociaux attirent beaucoup de personnes qui jusqu'à présent ne jouaient pas, ils suscitent aussi l'intérêt des amateurs de jeux en réseau. Qui sont souvent ceux qui dépensent le plus dans ces univers.

Les jeux en ligne gagnent du terrain aux Etats-Unis, qu'il s'agisse des jeux en réseau sur les consoles classiques ou d'application sur les réseaux sociaux. En effet, d'après un rapport publié par Interpret LLC, ils sont plus de 29 millions à fréquenter les jeux proposés sur les réseaux sociaux, et 35 millions à apprécier les consoles. Parmi eux, 12 millions partagent leur temps entre ces deux manières de jouer. Enfin, les premiers gagnent du terrain puisqu'en 2010, le temps passé à jouer sur un site comme Facebook a augmenté d'un quart par rapport à l'année précédente. Pour rester dans la course, les éditeurs de jeux vidéo traditionnels devront donc prendre en compte cette nouvelle tendance.

Attirer les joueurs traditionnels

Comme le souligne Jason Preston, analyste chez Interpret LLC, "les éditeurs qui sauront attirer les personnes qui jouent déjà sur des consoles en créant de l'interaction nouvelle sur les médias sociaux seront les grands gagnants". D'autant que l'étude souligne que cette population de joueurs traditionnels est celle qui dépense le plus dans l'achat d'objets virtuels sur les jeux en ligne. Il semble qu'ils soient également plus enclins à partager du contenu avec d'autres utilisateurs.

Intéresser tous les publics

24 % d'entre eux on effet posté du contenu autour des jeux en ligne contre seulement 15 % des joueurs traditionnels. A noter que les personnes qui jouent à la fois sur les réseaux sociaux et leur console sont plutôt des hommes. A l'inverse, les femmes s'intéressent beaucoup plus aux jeux en ligne. "Les éditeurs devront donc trouver le juste équilibre pour intéresser tous types de joueurs, sachant que le développement de jeux en ligne est beaucoup plus simple que pour une console", conclut Jason Preston. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas