Pour améliorer la communication entre collaborateurs, Helleo instantanéise la visioconférence

Par 21 juin 2013
 Pour améliorer la communication entre collaborateurs, Helleo instantanéise la v

Les systèmes de conférences vidéo sont aujourd'hui utilisés de manière traditionnelle. Helleo propose d'ouvrir des communications en réduisant au maximum le temps d'attente des interlocuteurs.

Fin 2012, l'institut Fraunhofer, fondé à Munich, a mené une étude sur l'utilisation de la vidéo comme canal de communication entre collaborateurs. Les résultats de ce rapport montraient que pour 81% de leurs répondants, l'email et le téléphone demeuraient des canaux de communication qui divisaient et encombraient la prise de décision au travail. Trois personnes sur quatre, quant à elles, affirmaient ressentir une cohérence et une unité dans les décisions prises par visioconférence. C'est de cette idée dont s'est inspiré le groupe Tixeo afin de développer la solution Helleo qui favorise la communication entre collaborateurs par l'implantation d'un outil de communication vidéo dans un navigateur Web. Cette nouvelle méthode de visioconférence fonctionne sur les navigateurs sans ajouter de pluggin et se présente sous la forme de bulles floutées dans une partie du navigateur web.

Une communication sans attente

Il suffit à l'utilisateur de cliquer sur une ou plusieurs bulles pour que celle-ci perde son floutage et qu'il puisse amorcer une conversation avec ses collaborateurs. « Helleo se rapproche du modèle de l'interphone, indique Renaud Ghia, directeur général de Tixeo. Il permet de savoir à tout moment si les collaborateurs sont disponibles ou non. » Cette facilité de communication présente cependant certains désavantages et questionne notamment l'intrusion et le confort des collaborateurs, puisque n'importe quelle personne peut-être jointe à n'importe quel moment tant que son navigateur est ouvert. « Ce n'est pas un outil adapté à tout le monde, reconnaît effectivement Renaud Ghia. Certains organismes ne pourront pas s'y adapter de par la forme même de leur organisation. »

Un usage pas encore adapté

Pour Claude Super, consultant, la gestion d'un tel programme au sein d'une entreprise doit être également soulevée. « On remarque aujourd'hui qu'en France, un logiciel comme Skype est encore utilisé de manière très conventionnelle. Le fait d'être sollicité n'importe quand est alors problématique, explique-t-il à L'Atelier. Même la réception d'un courriel peut obscurcir voire couper le processus de réflexion. » Certaines solutions seraient alors à mettre en place afin d'atténuer le côté intrusif que peut présenter ce type de solution de visioconférence.« Les employés ne disposent d'aucun accompagnement et ne sont pas habitués à travailler de cette manière, ajoute-t-il. Il faut, selon moi, définir un cadre d'utilisation et fixer des limites très précises dès le début de l'utilisation du logiciel, sinon quoi, il est à craindre qu'une telle solution ne fonctionne pas. »

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas