Améliorer l'expérience client grâce à une assistance virtuelle

Par 03 décembre 2012 Laisser un commentaire
Lab Postal

Afin de simplifier l'envoi de colis dans les bureaux de poste, une caméra, et un logiciel prennent en compte automatiquement non seulement le poids, mais également le volume des colis.

Afin de faciliter l’envoi de colis, la Poste a mis en place avec Ayotle une solution d’assistance virtuelle. Pour l’instant à l’état de prototype celle-ci permet en effet d’accompagner, en point de vente, le client lors de l’expédition de ses colis. Il lui suffit de déposer l’objet qu’il souhaite envoyer sur la plateforme, puis le prototype détermine quel emballage il doit choisir et l’aide à l’envoyer. En effet  une boite est proposée aux utilisateurs en fonctions des dimensions de l’objet. Le volume de l’objet est ainsi déterminé par une caméra, qui détecte également les mouvements de l’utilisateur et le guide en fonction de ces derniers. En fait, la machine est constituée, d’un présentoir sur lequel l’objet est déposé, d’une caméra et d’un écran. Le client tape l’adresse du destinataire sur un clavier situé, sous le présentoir et touche l’écran pour démarrer le processus et valider ses réponses. Toutefois l’écran n’est pas tactile.

Comment ça marche ?

Cela fonctionne en fait grâce à la caméra, située au-dessus du présentoir et fonctionnant sur le même principe que la Kinect. Celle-ci détecte une présence lorsqu’on approche son doigt de l’écran et détermine à quel endroit le client le touche, et lui permet d’interagir avec celui-ci. C’est cette même caméra qui permet de calculer le poids et la taille de l’objet et ainsi déterminer quel type de paquet est nécessaire. «La caméra voit la forme de l’objet de façon vectorielle, ce qui permet ici de s’assurer que l’objet posé est bien celui indiqué par le client au préalable» explique à L’Atelier Jean-Pierre Fourcade responsable veille technologique au sein de La Poste, et rencontré à l’occasion de l’édition 2012 du Lab Postal. Enfin une étiquette adhésive comportant l’adresse postale du destinataire, est imprimé avant que le client le colle sur le colis.

Autres usages

En fait «grâce à la technologie mise au point par Ayotle, n’importe que objet peut devenir interactif » poursuit Jean-Pierre Fourcade. La caméra, et le logiciel breveté par Ayotle ont permis de remettre la technologie dans le contexte de la Poste. Mais il ajoute qu’ils peuvent également servir à de multiples usages. Par exemple « il est possible de filmer une statuette, afin qu’à l’autre bout du monde les informations soient transmises et que celle-ci soit reproduite exactement ». Enfin d’autres utilisations seront permises notamment chez soi. « On peut imaginer ce dispositif dans une cuisine, qui indiquera par exemple comment mieux pétrir la pâte. Ou encore dans le salon, baisser le volume de sa télévision simplement en faisant glisser sa main sur la table » conclut-il.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas