Améliorer l'expérience utilisateur permettrait à la reconnaissance faciale et visuelle de décoller

Par 22 juillet 2013
 Améliorer l'expérience utilisateur permettrait à la reconnaissance faciale et v

En prenant davantage en compte l'expérience utilisateur, l'eye-tracking pourrait enfin parvenir à séduire un plus vaste public. Plus sécurisé que le mot de passe ou le code PIN, cette nouvelle technologie doit encore toutefois faire ses preuves.

Protégeant aussi bien nos comptes bancaires que nos comptes email, ou nos profils Facebook, les mots de passe sont toujours les systèmes d'authentification électroniques les plus utilisés. Pendant ce temps, les technologies de reconnaissance utilisant l'empreinte digitale, et la reconnaissance faciale et visuelle progressent, mais ne parviennent pas encore à séduire. L'étude « Perceptions of Interfaces for Eye Movement Biometrics » menée par trois chercheurs, explique que la raison de ce désamour réside dans le fait que les recherches menées jusque-là n'ont pas assez pris en compte l'expérience utilisateur. Pour Michael Brooks, étudiant en doctorat de l'université de Washington, « Il aurait été difficile de concevoir ces prototypes sans obtenir au préalable le ressenti des utilisateurs dès le début ». Et pour mettre en pratique cette théorie, les chercheurs ont eu l'idée de mettre au point un test concret : retirer de l'argent à un distributeur ATM.

L'eye-tracking saisit le mouvement des yeux, propre à chacun

En envoyant une lumière qui se reflète sur le globe oculaire de l'utilisateur et qui revient lorsque celui-ci suit un point ou un mot sur l'écran d'ordinateur, les chercheurs ont pu réaliser un prototype (écran-sosie) d'ordinateur ATM doté de la technologie eye-tracking. Celui-ci proposait à des personnes venues retirer de l'argent de le faire via trois manières distinctes. Un code PIN standard à quatre chiffres, un jeu dans lequel des points étaient pris pour cible par les yeux d'un utilisateur qui devait les suivre du regard, et un exercice de lecture qui permettait à l'ordinateur de suivre la manière dont les yeux de la personne passaient devant chaque mot. Lorsque par la suite, ils ont été interrogés, la plupart des sujets de l'étude ont dit ne pas avoir eu confiance dans le code PIN standard utilisé dans la plupart des guichets automatiques – bien qu'il soit toujours favorisé pour sa rapidité – , et confessent penser que les technologies plus avancées doivent sûrement offrir une meilleure sécurité. Ces nouvelles options pourraient donc être des modèles pour les futures versions.

Une technologie qui s'adapte à tous les supports

Toutefois, le test a également permis de montrer que lorsque l'authentification échoue – l'équipe de chercheurs a en effet causé délibérément plusieurs échecs – les personnes perdent toute confiance dans les systèmes d'eye-tracking. Cette future technologie devra donc fournir des messages d'erreurs explicites ou des directives claires sur la façon dont les utilisateurs doivent procéder s'il obtiennent un échec d'authentification. « Les messages d'erreur que nous avons fournis et les commentaires que nous avons délivrés ont été très importants pour rendre ces technologies utilisables » déclare M. Brooks. En plus de tester les utilisateurs, ce test avait pour but de « permettre à des caméras bon marché d'utiliser ces nouvelles technologies au lieu de matériel spécialisé d'eye-tracking », déclare Cecilia Aragon, chercheur principal. Les chercheurs ont par la suite l'intention de développer une authentification d'eye-tracking similaire à celle-ci pour d'autres systèmes qui utilisent des caméras de base comme des ordinateurs de bureau ou pour accéder à un site web sécurisé. « Ceci est le début de l'authentification biométrique comme système socio-technique, qui se doit non seulement d'être efficace et précis, mais aussi d'être un outil dans lequel les gens ont confiance. » conclut C. Aragon.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas