Améliorer l'interaction avec la machine passe par la reconnaissance vocale

Par 22 novembre 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
robot com

En donnant la possibilité à un serveur vocal de s'adapter au ton et à l'émotion de l'interlocuteur, on personnalise la conversation de façon conséquente. Un système qui pourrait être appliqué à de nombreux secteurs.

Pour rendre les serveurs automatiques plus interactifs et plaisants, la solution serait de leur fournir la capacité d'identifier l'état émotionnel de leur interlocuteur, pour ensuite s'y adapter. C'est la fonction que remplit le logiciel développé par une équipe de scientifiques de l'université Carlos III de Madrid. Pour fonctionner, l'appareil est doté d'un logiciel de reconnaissance vocale. Celui-ci a la capacité d'identifier sur plus de 60 paramètres sonores différents, comme de distinguer des nuances infimes de tons. Selon ces derniers "l'appareil sera capable à la fois de cerner l'humeur de la personne en train de parler, comme de prévoir son comportement futur, et donc d'ajuster le discours prononcé".

Une forte adaptabilité

Par exemple, si l'appelant semble circonspect, le logiciel aura tendance à lui proposer des détails et autres conseils. A l'inverse, s'il laisse transparaitre un ton ennuyé, le logiciel privilégiera des phrases courtes. A noter qu'il peut également adapter son analyse en fonction de la conversation précédemment menée. Par exemple, si, du fait d'une reconnaissance vocale défaillante, le logiciel a été forcé de reposer plusieurs fois une même question, alors la probabilité que l'utilisateur soit énervé ou ennuyé est plus importante. En résulte une pondération de ces deux sentiments, qui permet de gérer les réponses de manière plus efficace.

Des potentialités d'utilisation multiples

D'après les chercheurs, les expériences menées ont pu démontrer que ce type de serveur vocal engendrait des conversations plus courtes et plus productives que les serveurs normaux. A terme, le système devrait donc pouvoir remplacer les dispositifs de réponse automatique déjà existants. Reste encore à programmer les réponses du logiciel pour chacun des secteurs où il pourrait être généralisé (banque, service après-vente....). 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas