Les Américains adopteront-ils le mobile pour les donations politiques ?

Par 31 octobre 2012
main tenant un mobile avec du gazon et un arbre dessus

Les Américains réagissent bien aux demandes de contribution des campagnes sociales et politiques. Mais la vraie valeur de cette catégorie se confirmera le jour où les groupes pourront maintenir l'engagement des utilisateurs mobiles pour leur cause ou leur candidat.

Le développement de la technologie mobile a permis d'atteindre des secteurs qu'on ne pensait pas concernés, essentiellement grâce aux SMS. Bien que de nombreuses personnes aient participé financièrement à des causes ou organisations en ligne (20%), une frange de plus en plus importante contribue via son téléphone mobile (9%). Les conclusions du Pew Research Center sur le don mobile démontrent que le phénomène a joué un rôle important dans l'aide humanitaire suite au tremblement de terre à Haiti, en janvier 2010, avec près de 243 millions de dollars envoyés par des téléphones cellulaires. Depuis le mois de Juin, la Federal Election Commission a autorisé aux Etats-Unis l’utilisation du mobile pour l’envoi et la collecte de dons aux campagnes politiques. Les deux candidats à la présidentielle on adopté cette option pour leurs propres campagnes.

Les méthodes traditionnelles dominent, mais le mobile a du potentiel

Depuis septembre de cette année, 13% des adultes Américains ont contribué financièrement aux campagnes des candidats à la présidentielle. Parmi ces 13%, 67% l’on fait en personne, par téléphone ou par mail, et 50% l’ont fait en ligne ou par e-mail. Les 10% qui ont utilisé les SMS ne représentent en fin de compte que 1% de l'ensemble de la population adulte. Si l'on considère les partis politiques, alors qu'un nombre égal de démocrates que de républicains est susceptible d'apporter une contribution, peu importe la méthode, il y a plus de chances que les démocrates le fassent en ligne ou sur un canal mobile. Si le mobile est un canal très récent pour les dons politiques, son succès relatif pour les dons humanitaires et sociaux indique une évolution peut-être similaire. Néanmoins, dans un cas comme dans l’autre, le véritable défi reste le même : comment garder des utilisateurs engagés sur le long terme.

Convertir les dons « impulsifs » en engagement de long terme

La plus grande qualité des dons par mobile est de loin la facilité et le confort qu’offre l’engin. Pew Research considère le comportement qui consiste à envoyer facilement de petits dons avec son mobile comme « impulsif », parce qu'il est souvent suscité par une publicité ou un autre contenu motivant. L'impulsion a créé des opportunités pour les organisations sociales et les groupes politiques, mais elle comporte des défis. Il sera difficile pour les groupes de savoir si l'engagement des participants perdurera. Dans le cas de l'effort suscité par le Text to Haiti, la plupart a contribué après l'avoir appris dans des publicités à la télé (89%) et la moitié a contribué immédiatement après avoir découvert le texte. Mais l'engagement s'est rapidement essoufflé : 43% n'ont pas suivi l'aide humanitaire « de très près », et 15 % « pas du tout  ».Le défi reste ainsi de convertir ces « contributeurs impulsifs » en donateurs engagés. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas