Des Américains pas forcément à l'aise avec les fonctions de leurs smartphones

Par 16 mars 2012
Homme utilisant un smartphone

S'ils sont nombreux à s'offrir un téléphone intelligent, la majorité des consommateurs avoue ne pas en utiliser toutes les capacités, comme le paiement, le scan de billet électronique...

Les consommateurs américains ne seraient pas si adeptes que ça de leurs smartphones et des services proposés par ces derniers. Harris Interactive, qui a réalisé un sondage sur la question, a ainsi constaté que sur les plus de deux mille personnes interrogées, deux sur cinq possédant un smartphone ne l'a jamais utilisé pour effectuer un paiement mobile ou pour des fonctions comme le téléchargement d'un ticket électronique. Plus étonnant encore, 45% d'entre eux pensent que leurs mobiles ne permettent pas de telles fonctions. De manière plus précise, seuls 5% des américains expliquent avoir utilisé leur smartphone pour scanner leur billet d'avion ou de cinéma et 3% pour des billets de concert ou de théâtre.

Crainte de la part des utilisateurs

De la même manière 3% d'entre eux l'ont utilisé pour payer dans un magasin de vêtement ou spécialisé dans le high-tech et on retrouve le même pourcentage pour un café. Alors que l'on constate donc que peu d'utilisateurs de smartphones se sentent impliqués par ces fonctions, il existe également parmi ceux-ci différents degrés d'aisance dans l'utilisation de telles services. Ainsi, l'étude rapporte que 38% des Américains ne se disent pas du tout à l'aise à l'idée de présenter son mobile plutôt qu'un billet au cinéma ou à l'aéroport, et 63% d'utiliser une application enregistrant ses coordonnées bancaires pour payer dans les magasins.

Difficultés d'adaptation

"Il semble que les nouvelles technologies aient atteint un point où leurs fonctions dépasse la capacité des consommateurs à s'adapter", explique l'étude. Il serait donc intéressant de s'attarder un peu plus sur les tendances mises en avant par cette étude telles que les disparités bien connues entre les générations, les 18-35 étant plus à l'aise que les tranches d'âges plus élevés, mais également entre les sexes. En effet, l'étude constate que les hommes se disent beaucoup plus à l'aise avec les nouvelles applications qu'offrent les smartphones que les femmes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas