[L'Amphi] MyPaperBoy personnalise un peu plus les revues de presse internationale

Par 15 novembre 2013 1 commentaire
mypaperboy

Alors qu’une critique de la presse française tient au fait que le traitement de l’actualité ne dispose que d’un point de vue purement national, MyPaperBoy permet d’agréger des sources des contenus internationaux.

“Il n’est pas forcément évident de se repérer dans un flux d’informations incessant et notamment dans l’actualité internationale” : c’est le constat de départ à partir duquel l’initiative MyPaperBoy s’est lancée selon Laurent Guilbert, étudiant à Epitech en charge de la gestion de projet et du développement web du projet. Présenté lors du forum des Epitech Innovative Projects 2013 dont sont issus des pépites comme Melty ou Prestashop, MyPaperBoy propose un “autre regard sur l’actu”. En effet, par rapport à un agrégateur de flux RSS comme le feu Google Reader, “Nous sommes dans une mise en commun de l’actualité spécifiquement et souhaitons être plus précis”, déclare Laurent Guilbert. C’est n’est donc pas un outil de veille mais plutôt comme un instrument d’orientation à travers l’actualité qu’il faut concevoir le projet. “De plus, par rapport à un acteur comme Scoop.It !, nous tendons vers une dimension plus généraliste”.

Un acteur pertinent

Ainsi, en naviguant sur la représentation d’un globe, l’utilisateur peut consulter des articles provenant de la presse en version anglaise locale. C’est donc une véritable revue de presse par pays qui est proposée sur le site. Si l’ensemble des sources présentes est proposé par défaut, l’utilisateur peut également filtrer selon les sources qu’il trouve les plus pertinentes. La possibilité de sélection ne s’arrête pas là puisque c’est à travers un éventail de thématiques (politique, sport…) que le lecteur peut encore personnaliser “son” actualité. BBC News, Euronews ou encore Al Jazeera font bien sûr partie des acteurs présents sur le site. Mais au-delà d’une interface et d’une sélection d’articles francophones, la principale voie de développement sera de fixer un algorithme permettant de déterminer le niveau de neutralité d'un article afin d’en ajuster la pertinence.

Plus qu’un agrégateur de contenu à dimension mobile

En attendant cette prochaine innovation, l’interface dispose d’un fonctionnement participatif puisque l’utilisateur est encouragé à soumettre ses opinions quant à la pertinence et l’importance des informations consultées. En fait, au-delà de la première phase nécessaire consistant à récupérer l’information, le modèle du projet est véritablement tourné vers l’analyse du contenu.Par ailleurs, conscients que le temps manque parfois pour faire face à la quantité d’informations, les créateurs de la plateforme ont implémenté une fonctionnalité permettant de lire plus tard des articles sélectionnés à la manière de Pocket. Enfin, actuellement en cours de développement, le concept sera prochainement disponible sur mobile. L’environnement sera proposé sur des applications iOS et Androïd ainsi que par une version en Responsive Web Design du site pour apporter le meilleur confort possible au lecteur.

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour,

l'auteur de cet article aurait peut-être du faire preuve d'un peu plus de recul. En effet, à la fin du 2nd paragraphe, celui-ci nous rapporte l'élaboration d'un algorithme qui permettra"de déterminer le niveau de neutralité d'un article afin d’en ajuster la pertinence". Ainsi, la technologie semble nous apporter enfin une certaine intelligence dans le choix de nos articles, sélectionnés par une machine, encodée par quelques obscurs informaticiens apparement compétent en terme de neutralité et pertinence journalistique...

Mais sur quel critère "objectif" pourra se baser un tel algorithme? Cela veut dire qu'il y a, quelque part, un développeur qui, sur une base théorique ultra générale, décidera qu'en fonction de tel ou tel terme employé, tel ou tel auteur, tel ou tel média, un article sera plus ou moins pertinent...

Cela demande des qualités d'analyse, une connaissance intime de la production de chaque journaliste cité, d'une connaissance du monde de l'entreprise journalistique dans chaque pays et une "neutralité" du développeur. Autrement dit, c'est tout simplement impossible.

Pourquoi?

- Si un développeur travaille avec des machines, il n'en est pas une: il a des opinions, un à priori, une culture personelle. Et surtout, il n'a pas de culture suffisament étendue pour pouvoir juger de la pertinence d'autres médias. Ah, et j'oubliais: il est employé par une société ayant des objectifs précis.. La neutralité en prends un sacré coup, non?
-Un média n'est jamais neutre. Ce n'est pas compliqué, le partis pris est systématique, et sert des intérêts divers et variés. Tout au plus peut-on se rapprocher d'une certaine neutralité concernant les dépêches d'agence, en supposant qu'elles ne sont pas filtrées à la base. C'est donc incroyablement présomptueux que d'estimer quelqu'un capable de déterminer objectivement ce type de critère.

Ainsi, je crois que c'est faire preuve d'une arrogance effroyable que de penser que ce type de système soit possible (autant pour un développeur que pour un pigiste relayant ce type "d'inovation").

Maintenant, il reste deux possibilités:

-soi l'auteur de cet article réside dans un monde constitué d'humains sans cervelle incapables de déterminer eux-même ce qu'ils doivent lire, ce sur quoi ils doivent réfléchir: une sorte de société lobotomisée à tous les étages. Je le rassure, ce n'est pas le cas.
-soi l'auteur est favorable à imposer ce type de système à la population: dans ce cas, celui-ci, outre le mépris sous-jaçent envers ses contemporains, est le relai d'un système effrayant. Un système pouvant potentiellement imposer une pensée unique, ou tout du moins orientée. Car qui peut controller ce type d'algoritme? Des développeurs, potentiellement employés par des sociétés ou des états aux intérêts divers et variés...

Attention à votre pertinence et votre neutralité Mr Matéo...

Soumis par Franck M. (non vérifié) - le 17 novembre 2013 à 13h49

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas