Les analystes sont nombreux à prévoir une multiplication cette année des fusions-acquisitions dans les SSII françaises.

Par 16 février 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Directeur général du cabinet Pierre Audoin Conseil, Jean-François Perret prévient "toutes les sociétés cotées sont des cibles d'OPA à l'horizon de deux ans". Le besoin de croissance rapide et la p...

Directeur général du cabinet Pierre Audoin Conseil, Jean-François Perret
prévient "toutes les sociétés cotées sont des cibles d'OPA à l'horizon de
deux ans". Le besoin de croissance rapide et la pénurie de main-d'oeuvre
devraient se conjuguer pour faire de ce secteur l'un des plus animés de la
place de Paris en 1999.
La Bourse milite également pour des opérations de fusion et acquisition "à
l'américaine". Les grands groupes sont en effet valorisés et peuvent faire
de la croissance externe par le biais d'échange d'actions.
Toutefois, tous les groupes ne seront pas concernés de la même manière par
la vague d'OPA et de fusions à venir. De nombreux problèmes se posent en
effet pour l'intégration d'une société informatique de grande taille. Le
mariage de cultures différentes peut notamment se révéler difficile. Les
spécialistes parient davantage sur des opérations visant des groupes de
petites ou moyennes capitalisations "les prédateurs ont d'autant plus
intérêt à viser ce genre de proies qu'elles sont moins chères".
GFI Informatique, Transiciel et Focal figurent parmi les noms les plus
souvent évoqués par le marché pour une OPA ou une opération de
rapprochement "mais tous les groupes dont le chiffre d'affaires est
inférieur au milliard de F sont potentiellement des cibles, tout dépendant
du prix proposé par l'éventuel acquéreur". Si la liste est longue, les
acquéreurs potentiels ne manquent pas non plus. Outre les innombrables
groupes américains, les européens CMG, Logica, Getronics ou encore Finsiel
pourraient bien passer à l'offensive prochainement.
(Les Echos - 16/02/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas