Année 2000 difficile pour Bull.

Par 02 mars 2001
Mots-clés : Smart city, Europe

En 2000, Bull a réalisé un chiffre d’affaires de 3 244 millions d’euros, en diminution de 2,3 % par rapport à 1999 (3 321 millions d’euros), hors distribution de micro-ordinateurs. Après une perte ...

En 2000, Bull a réalisé un chiffre d’affaires de 3 244 millions d’euros,
en diminution de 2,3 % par rapport à 1999 (3 321 millions d’euros), hors
distribution de micro-ordinateurs. Après une perte au 1er semestre de 67
millions d’euros, la perte d’exploitation a été ramenée à 36 millions
d’euros sur le 2ème semestre 2000. Le résultat courant ressort à – 155
millions d’euros.
Les activités e-business ont progressé de 30 %. Elles représentent 15 % du
chiffre d’affaires, contre 10 % en 1999, en ligne avec les prévisions du
groupe.
Les activités Services ont réalisé un chiffre d’affaires de 1,7 milliard
d’euros.
Les activités des télécommunications et l’infogérance ont progressé
chacune de 19 %. Les activités de consulting ont connu une reprise au
second semestre (+ 9,7 %).
En revanche, les services d’infrastructure et les autres services
d’intégration ont enregistré respectivement des baisses de 11,6 % et 13,8
%. Pour sa part, la maintenance a poursuivi sa décroissance (- 13,5 %).
L’activité Serveurs a réalisé un chiffre d’affaires de 1,08 milliards
d’euros, en baisse de 4,3 % par rapport à 1999, et ce malgré des progrès
au 4ème trimestre tant dans les systèmes propriétaires Goos (+ 12 %) que
dans les systèmes ouverts (Unix + 12 % et serveurs Intel + 4 %).
Le résultat d’exploitation s’établit à – 103 millions d’euros, du fait du
ralentissement de l’activité.
Les évènements importants intervenus entre le 31 décembre et la date
d’arrêté des comptes (accord de cession de Bull CP8 à Schlumberger,
cession de la société Cara en Irlande, lancement du plan d’adaptation des
effectifs portant sur 1 800 postes) amènent le groupe à présenter un
résultat net retraité pour 2000. Ce résultat net retraité s’établit à – 92
millions d’euros.
Au 31 décembre 2000, le montant de la dette comptable s’élève à 301
millions d’euros.
Le plan de redressement et de développement 2001/2003, lancé le 29
novembre 2000, en cours d’exécution, comporte trois volets: recentrage
du groupe et développement des deux métiers Services-Integris et
Serveurs-Bull Infrastructure et Systèmes, programme de cession d’activités
non stratégiques et réduction des effectifs. Sur les trois points, le
programme se déroule conformément au calendrier prévu.
(Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 02/03/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas