Les annonceurs adoptent lentement le web

Par 21 janvier 2008

Les publicitaires sont encore timides pour investir dans le web. La mise en place de nouveaux business model et la promesse d'un public large modifieront rapidement cet état de fait.

Alors qu'Internet compte pour approximativement un cinquième de la consommation des médias aux Etats-Unis, les annonceurs investissent encore timidement sur la Toile : à peine plus de 7 % de leur budget est consacré au web, annonce la société de recherche et d'analyse Yankee Group. Principal problème : Internet est encore considéré comme un média émergent, où il est risqué d'investir. Pour dépasser cette difficulté, le cabinet rappelle aux entreprises qu'il est maintenant nécessaire de percevoir Internet comme un espace rentable.
Une nouvelle stratégie marketing
Et d'adopter les stratégies marketing adéquates pour permettre une migration harmonieuse vers le Réseau. "Avec la montée en puissance d'une connectivité omniprésente, la croissance de la publicité en ligne est inévitable", explique Daniel Taylor, analyste chez Yankee Group. Et d'ajouter : "Mais Internet est encore considéré comme un média relativement nouveau. Les annonceurs devront investir dans des produits de développement publicitaires et numériques s'ils veulent voir le secteur évoluer".
Un marché prometteur
Rien d'inquiétant cependant. Le marché devrait croître rapidement ces prochaines années. Il dépassera les 50 milliards de dollars de revenus en 2011. Soit près d'un quart de l'ensemble des dépenses publicitaires à cette date. Trois principaux facteurs encourageront les professionnels à investir massivement dans le web : la croissance du nombre d'internautes, le développement de nouvelles formes de publicités et la création de nouveaux business models basés sur l'interactivité. Et selon le cabinet eMarketer, qui publiait un rapport récemment sur le sujet, le secteur devrait doubler d'ici 2011.

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas