Les annonceurs nourrissent les réseaux sociaux mobiles

Par 17 septembre 2008

Les réclames représenteront un tiers des revenus du secteur des contenus générés par l'utilisateur en 2013. Un business model qui facilitera l'adoption massive de ces services.

La publicité pourrait bien être l'un des moteurs principaux des réseaux sociaux mobiles. En 2013, un tiers des revenus du marché du contenu produit par l'utilisateur sera généré par la publication de réclames, annonce Juniper Research. Et ce secteur, qui regroupe les sites de networking, de rencontre et de téléchargement de contenus, devrait dépasser les 7 milliards de dollars à cette date, contre un peu plus d'un milliard en 2008. Pour continuer avec des chiffres, il devrait y avoir pas moins de neuf milliards de téléchargements effectués sur des sites dédiés dans cinq ans. Et plus de 30 % d'entre eux devraient être proposés en échange du visionnage ou la réception d'une publicité. "Il est impossible de ne pas constater le changement de business model dans ce secteur", explique Windsor Holden, auteur du rapport.
Le mobile reprend l'antienne publicité = gratuité pour l'utilisateur
Au début, les fournisseurs de services étaient en effet nombreux à estimer qu'il était normal de proposer leurs contenus contre une légère rémunération de la part de l'abonné. Or, juge l'auteur du rapport, "il est rapidement devenu clair que s'ils voulaient parvenir à une adoption massive de leurs services, les professionnels devaient offrir la gratuité, et se rémunérer avec de la publicité, ou en vendant des accès premium". Une étude de Mobixell Networks rappelait ainsi il y a quelques mois que les 16-35 ans utiliseraient plus des services mobiles comme le MMS s'ils étaient gratuits, contre le visionnage d'une réclame. Si les annonceurs se tournent massivement vers ces supports, c'est parce qu'ils attirent de plus en plus de monde : les plates-formes sociales mobiles réuniront dans cinq ans plus de sept cent trente millions d'adeptes, contre cinquante quatre aujourd'hui.
Chine et Extrême-Orient attirés par le networking mobile
Rien d'étonnant en ce qui concerne les régions qui devraient le plus plébisciter les applications sociales et les services sur mobile. Ce sont en effet les abonnés chinois et d'Extrême-Orient qui seront les plus gros consommateurs. Cependant, Juniper souligne l'ascension du sous-continent indien, qui s'annonce comme le plus grand marché pour les services de rencontre mobiles en 2010. Reste que plusieurs obstacles ralentissent le développement du mobile social. Entre autres choses, les opérateurs doivent absolument réduire le prix de la data à laquelle les abonnés accèdent en dehors de leur forfait. Ce, afin d'encourager l'utilisation quotidienne des plates-formes communautaires et de rencontre sur le téléphone portable.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas