Annuaire des numéros de mobiles : Les Etats-Unis réfléchissent à une législation

Par 26 janvier 2004
Mots-clés : Digital Working

En 2003, le Sénat américain a légiféré pour endiguer le spam, en interdisant les mails à caractère pornographique ou mensonger, et en établissant une liste rouge d'adresses, pour les internautes...

En 2003, le Sénat américain a légiféré pour endiguer le spam, en interdisant les mails à caractère pornographique ou mensonger, et en établissant une liste rouge d’adresses, pour les internautes qui refusent d’être sollicités. Aujourd’hui, les législateurs américains vont devoir durcir leur protection de la vie privée des citoyens, alors qu’un groupe d’opérateurs américains travaille discrètement à la constitution d’un annuaire recensant tous les numéros de téléphones portables. Les mesures législatives prévues consisteraient à permettre aux utilisateurs de choisir d’être référencés ou non dans le dit annuaire, et d’interdire que l’inscription sur des listes rouges soit payante (une pratique qui rapporte quelque 50 millions de dollars aux opérateurs fixes par an. Et qui en rapporterait beaucoup plus aux opérateurs mobiles. Des millions de numéros de téléphone mobile échappent aujourd’hui à des marketeurs qui paieraient pourtant cher pour les obtenir. Pour les clients, on ne peut pas dire que le référencement soit très enthousiasmant. Selon une étude menée par le cabinet de recherche Zelos Group, seuls 2 % des consommateurs approuveraient leur référencement sur des listes sans que celles-ci soient protégées. Un pourcentage qui grimpe à 51 % lorsque l’on garantit un référencement sécurisé. (Atelier groupe BNP Paribas – 26/01/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas