Annuaire universel : le chantier a du retard

Par 12 janvier 2006
Mots-clés : Smart city

L'annuaire universel ? L'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a lancé, à l'automne 2005, le projet de l'annuaire universel qui devrait à terme recenser...

L'annuaire universel ? L'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a lancé, à l'automne 2005, le projet de l'annuaire universel qui devrait à terme recenser les numéros des abonnés à la téléphonie fixe et mobile. Les opérateurs ont l'obligation de faire connaître ce droit à leurs abonnés tout en leur donnant les moyens de l'exercer.

Pour la téléphonie fixe , les opérateurs doivent communiquer les données chaque fois qu'un service de renseignement le leur demande. L'opt-out est de rigueur. S'il ne veut pas que ses données soient communiquées, l'abonné peut s'y opposer. Pour la téléphonie mobile , c'est l'inverse, les données ne sont communiquées que si l'abonné a explicitement donné son accord (opt-in).

L'Arcep a décidé de publier mensuellement un tableau de bord relatant l'avancement du projet, afin d'accélérer sa mise en oeuvre. Mais aujourd'hui, les choses avancent lentement. Seuls 1 % des abonnés à la téléphonie mobile sont inscrits dans l'annuaire universel alors que 70 % des abonnés à la téléphonie fixe y figurent .

"La première édition de ce tableau de bord met en exergue que la plupart des opérateurs n'ont à ce jour pas encore cédé leurs listes d'abonnés (communiquer leurs les numéros aux services de renseignements) ou en ont limité la cession à seulement un ou deux éditeurs ou fournisseurs de services de renseignement", conclut l'Arcep.

(Atelier groupe BNP Paribas - 12/01/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas