Antitrust : auditions à huis clos pour Microsoft devant la CE

Par 31 mars 2006
Mots-clés : Smart city, Europe

Début hier du grand oral pour Microsoft face à la Commission européenne, qui menace toujours de lui infliger une amende quotidienne de deux millions d'euros pour abus de position dominante et non...

Début hier du grand oral pour Microsoft face à la Commission européenne, qui menace toujours de lui infliger une amende quotidienne de deux millions d'euros pour abus de position dominante et non respect des obligations de mise en conformité formulées. Le verdict ne sera pas rendu avant "plusieurs semaines", indique Bruxelles.
Le bras de fer se poursuit, avec d'un côté, Bruxelles qui multiplie exigences et injonctions et, de l'autre, Microsoft, qui tente de montrer sa bonne volonté mais en réalité, renâcle à se plier aux volontés du Commissaire à la concurrence, estimant ne pas avoir été traité de façon équitable. Selon le Herald Tribune daté d'aujourd'hui, le gouvernement américain se serait d'ailleurs inquiété des pratiques de la Commission européenne. Signalons que cette dernière a, sans perdre de temps, déjà formulé ses premières exigences concernant Windows Vista, prévu pour début 2007 .
Aujourd'hui doivent normalement témoigner les parties tierces, qui s'estiment lésées par la place prépondérante qu'occupent les logiciels annexes de Microsoft dans son système d'exploitation Windows XP, ainsi que les éditeurs du monde professionnel comme Oracle ou IBM, qui jugent les possibilités de développements compatibles avec Windows largement insuffisantes.
"Je pense qu'il y a eu un dialogue très constructif hier. J'aurais seulement aimé que nous ayons ce genre de dialogue plus tôt", a déclaré aujourd'hui Brad Smith, directeur des affaires juridiques de Microsoft, avant de rejoindre l'audience. Il déclarait hier que l'interopérabilité dans le domaine de l'informatique se faisait "par le dialogue et l'engagement, pas par des amendes".
Microsoft estime avoir fait le maximum en matière d'ouverture, en ouvrant sous licence certains pans du code source de Windows, ainsi qu'en publiant une copieuse documentation technique et en proposant un support technique gratuit et illimité aux entreprises concurrentes. Pour autant, Bruxelles n'a toujours pas réglé le litige, et l'épée de Damoclès des deux millions d'amende par jour menace toujours l'éditeur.

(Atelier groupe BNP Paribas - 31/03/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas