AOL/Google : les modalités de l'accord : publicité, vidéos et... messagerie !

Par 21 décembre 2005
Mots-clés : Smart city

Au grand dam des actionnaires minoritaires comme Carl Icahn, la direction de Time Warner a entériné la prise de participation de Google au sein du capital de sa filiale Internet America Online à...

Au grand dam des actionnaires minoritaires comme Carl Icahn , la direction de Time Warner a entériné la prise de participation de Google au sein du capital de sa filiale Internet America Online à hauteur de 5 %. Le moteur de recherche devra pour cela verser un milliard de dollars, ce qui valorise de fait AOL à vingt milliards de dollars, soit près de 25 % de ce que pèse Time Warner en bourse...

Microsoft, qui voyait dans un partenariat avec AOL l'occasion de donner des ailes à sa stratégie sur Internet, se voit donc évincé au profit de Google, qui consolide sa position. Quelles sont les modalités de l'accord ?

Messageries instantanées : une aubaine pour Google Talk

C'est assurément une victoire pour Google, qui jusqu'ici peinait à faire reconnaître sa messagerie instantanée lancée en août dernier . Google Talk et AIM, le logiciel proposé par AOL, devraient devenir compatibles et interopérables sous certaines conditions ! Google ouvre donc à son logiciel encore peu utilisé un potentiel de près de 75 millions d'internautes férus d'AIM (selon AOL).

AOL avait déjà été approché par les géants du secteur, Yahoo! ou Microsoft, mais avait toujours refusé d'ouvrir AIM à d'autres logiciels. C'est aujourd'hui chose faite, mais avec le challenger !

Publicité : l'alliance de deux géants du Web

AOL pourra vendre des écrans ou des bandeaux publicitaires via les sites partenaires du réseau de Google et directement sur les pages de résultat du moteur de recherche. En échange, AOL s'engage à continuer à utiliser la technologie de recherche de Google et à placer les annonces publicitaires de ce dernier sur son portail, visité par 110 millions d'internautes tous les mois.

L'objectif de cette transaction est selon Richard Parsons, président de Time Warner, d'accélérer le passage pour AOL d'un modèle reposant essentiellement sur les abonnements payants à un modèle fondé sur des sites gratuits assurant des revenus via la publicité.

Pour Eric Schmidt, CEO de Google, cet accord est une bonne façon pour le moteur d'élargir le spectre de ses offres publicitaires et son réseau d'annonceurs. "Nous n'aurions pas pu le faire par nous-mêmes", précise-t-il.

Chacun profitera donc la popularité de l'autre pour accroître son audience et ses revenus publicitaires. Concernant le référencement naturel des pages d'AOL dans le moteur de recherche, rien n'a été dévoilé mais certains s'inquiètent de ce que Google pourrait choisir de divulguer certains secrets de référencement pour privilégier son nouveau partenaire.

Vidéo

Actuellement, il manque au moteur de recherche vidéo de Google une offre variée pour vraiment décoller. AOL devrait y remédier, en permettant à la firme de Moutain View d'indexer les vidéos proposées sur son portail. Là encore, les deux pourraient grâce à cet accord profiter d'un surcroît d'audience.

(Atelier groupe BNP Paribas - 21/12/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas