Les App Stores d'opérateurs, lien privilégié avec le consommateur

Par 01 octobre 2009
Mots-clés : Digital Working

Face au succès des App Stores, les compagnies de télécoms comme AT&T investissent un marché jusqu'ici quelque peu délaissé. L'enjeu : la maîtrise de la relation avec le client final.

La société de télécommunications AT&T vient d’acquérir la plate-forme de développement d’applications mobiles Plusmo. Pour Thomas Husson, consultant chez Forrester, un enjeu plus central se cache derrière ce rachat. "Le succès des App stores menace la relation privilégiée avec le client final  que les opérateurs avaient historiquement réussi à construire", explique-t-il à L’Atelier. Elles ont en effet mis à mal les portails opérateurs (Vodafone Live, Orange World, ...) qui en étaient le fer de lance. Dans le même temps, les applications stores apparaissent de plus en plus comme un nouveau canal de distribution."Les opérateurs n’ont pas intérêt à en laisser le monopole aux constructeurs", analyse-t-il. D’où le mouvement de fond que l’on observe depuis quelques temps, et dont l’acquisition de Plusmo est une manifestation.
Les opérateurs ne sont pas sans atouts
Si les constructeurs ont pris de l’avance dans la mise en place de plates-formes de développement, les opérateurs ne partent pas sans atout. "Ils bénéficient d’une bonne connaissance de leurs consommateurs", explique Thomas Husson. On peut donc s’attendre à ce que les applications qu’ils vont chercher à développer soient un peu différentes."Les opérateurs vont mettre en avant les services les plus pertinents par rapport à leur activité. En facilitant par exemple l’assistance client". Leur positionnement entrera certainement aussi en compte : Orange avec la télévision, SFR avec la musique...Les constructeurs, et Apple en particulier, cherchant plutôt à fidéliser leurs consommateurs à travers des applications limitées à leurs appareils, ajoute le consultant.
Un repartage plus qu’une conquête
Les opérateurs, dont les clients sont équipés de mobiles de toutes les marques, n’ont pas cette contrainte. Ces approches ne sont de toute façon pas exclusives, prévient Thomas Husson. "T-Mobile et Nokia, par exemple, ont créé un partenariat pour le développement d’applications". Et d'ajouter : "L’interdépendance est de toute façon très forte. Les opérateurs subventionnent les terminaux", rappelle-t-il. D’après lui, pour bâtir ou rebâtir un lien privilégié avec leurs consommateurs, opérateurs et constructeurs vont également devoir compter avec les communautés de développeurs indépendants. C’est pour cela qu’elles n’hésitent pas à leur fournir des outils de développement. L’acquisition de Plusmo, qui offre déjà ce type de service, s’intègre donc parfaitement dans cette stratégie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas