Apple France espère trouver en la personne de Thomas Lot, l'homme qui

Par 26 août 1997
Mots-clés : Smart city, Europe

lui permettra de redorer son blason. Nommé après plusieurs mois d'intérim assurés par le vice-président finances Europe, Apple France a désormais un nouveau directeur général. Centralien âgé de 37 a...

lui permettra de redorer son blason. Nommé après plusieurs mois d'intérim
assurés par le vice-président finances Europe, Apple France a désormais un
nouveau directeur général. Centralien âgé de 37 ans, Thomas Lot a été
directeur marketing de Compaq France avant de
s'occuper de la distribution et de la vente aux PME-PMI. Apple
aujourd'hui cherche notamment sur ses trois secteurs de prédilection, le
graphisme et le multimédia, l'éducation et la santé, à se recentrer sur le
monde de l'entreprise. Le nouveau patron d'Apple France (3,6 % de part de
marché en France au deuxième trimestre 1997) qualifie lui même "de défi
fantastique en termes de marketing et de ventes" ce qu'il entend
entreprendre pour rendre à une marque qui jouit déjà "d'un capital de
sympathie extraordinaire" sa légitimité technologique. Pour ce faire,
Apple multiplie le lancement de produits hauts de gamme. Après avoir lancé
avant l'été un ordinateur portable très performant, la firme s'apprête à
sortir à la mi-septembre, à l'occasion d'Apple Expo qui se tient à Paris,
un micro-ordinateur, le Power Mac 9600 cadencé à 350 MHz, décrit comme "le
plus puissant au monde". Non seulement, Thomas Lot souhaite développer les
moyens d'action avec le réseau de distribution, notamment les Apple
Centers, mais il entend également accroître les services que le
constructeur fournit à ses partenaires "A l'avenir, il sera plus facile de
travailler avec Apple France". A la fin de son quatrième trimestre fiscal
(clos au 30 septembre), Apple sera toujours dans le rouge et ses ventes ne
devraient pas augmenter avant le deuxième trimestre fiscal 1998. Mais
selon Dataquest, malgré la chute incessante de ses ventes au cours des
derniers mois, Apple est parvenu à reprendre des parts de marché sur ses
cloneurs. Apple a du reste prévenu la SEC (Securities and Exchange
Commission américaine) qu'il souhaitait mettre un terme aux accord de
licence passés avec ces derniers.
(Les Echos - 26/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas