Apple lance l’iTunes Music Store en Europe

Par 15 juin 2004
Mots-clés : Future of Retail, Europe

« Grand événement dans l’histoire de la musique ! ». Il ne faut rien exagérer. Il est vrai qu’Apple a réussi un gros coup avec le lancement de son baladeur numérique, l’iPod, qui tire vers le...

« Grand événement dans l’histoire de la musique ! ». Il ne faut rien exagérer. Il est vrai qu’Apple a réussi un gros coup avec le lancement de son baladeur numérique, l’iPod, qui tire vers le haut les ventes de musique en ligne de son magasin virtuel, l’iTunes Music Store. Il est encore vrai que la sortie de ce magasin a été particulièrement médiatisée, à grands coups de rumeurs de presse…
Tant et si bien que l’on en oublierait presque que les services de téléchargement de musique en ligne existent déjà en Europe, et que donc la consécration d’Apple au lancement de son iTunes en Europe (dès aujourd’hui, le service est disponible) est peut-être un peu exagérée. Sur le marché, certains services sont déjà bien implantés (comme Napster et OD2) et Apple n’arrive certainement pas en pionnier, que ce soit en France, en Allemagne ou encore au Royaume-Uni.
Apple revendique cependant un catalogue de 700.000 titres (majors et labels indépendants), au prix de 0,99 euro l’unité et à partir de 9,99 euros par album. A cela s’ajoutent diverses options, comme celle de créer ses listes d’écoute sur le site, d’entendre des extraits de chansons, d’acheter des chèques cadeaux pour offrir de la musique, etc.
Les réactions du secteur…
L’Ifpi, la Fédération internationale de l’industrie phonographique, s’est félicitée de ce lancement en Europe, « qui transformera l’industrie musicale ». Son PDG, Jay Berman, s’est même fendu de la délivrance d’un oracle, affirmant que l’industrie était « indéniablement en train de prendre un nouveau tournant ».
A l’inverse, des labels européens indépendants qui font partie de l’association Impala ont diffusé un communiqué dans lequel ils manifestent leur regret de ne pas avoir été inclus au catalogue de l’iTunes, qui ne s’est intéressé qu’aux majors et aux labels indépendants américains. L’Impala revendique haut et fort que les 2.000 labels privés que compte l’Europe comptent pour 22 % du marché global du disque ! (Atelier groupe BNP Paribas - 15/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas