Applications : les assureurs peaufinent leur stratégie

Par 11 mars 2011
Mots-clés : Smart city, Amériques
le mot insurance écrit sur un puzzle

Pour développer des modules sur mobiles qui plaisent, les assureurs doivent cibler leurs clients et axer leurs stratégies sur la possibilité de réaliser des transactions et des déclarations.

En quoi les assureurs ont-ils intérêt à déployer des applications mobiles pour leurs clients ? C’est la question à laquelle veut répondre une étude menée par Celent. Le premier constat, c’est que contrairement aux applications bancaires - très utiles pour faire des transactions - dans le cas d’assurances, l’utilisation est assez limitée. En effet le nombre de sinistres déclarés chaque année par personne est faible. En effet, rien ne peut remplacer l’expertise humaine : les applications sont donc uniquement un service supplémentaire pour les assurés. Il semblerait que 40 % des Américains ne soient ainsi pas encore convaincus de la nécessité d’utiliser ce type d’applications mobiles.

Un outil transactionnel

Si les assureurs mettent en place des applications, les consommateurs veulent pouvoir les utiliser en priorité pour changer une information personnelle comme une adresse postale, un numéro de téléphone ou une adresse email. Près de la moitié des sondés estime qu’il doit également s’agir d’un nouveau moyen de paiement de facture. L’utilisation d’une telle application leur évitera ainsi de passer par un site Internet dédié ou un centre d’appel. Au delà d’une source d’informations pour le client, elle doit devenir un moyen de transactions. Et cela coûtera beaucoup plus cher à développer pour les assureurs, notamment pour sécuriser les plates-formes.

Quelle stratégie adopter ?

L’étude ajoute également que même si les applications mobiles permettent ce type de services, la majorité des assurés ne la téléchargeront pas sur leur téléphone. Est-ce parce que les assureurs n’en ont pas encore développé et montré l’utilité ?  Peut-être. Car 100 % des 18 – 29 ans qui ont l’habitude de télécharger des applications se disent prêts à franchir le pas dans le cas des assurances. L’assureur devra donc segmenter sa clientèle et cibler en priorité une certaine population adepte des applications. Pour que la stratégie soit efficace, il devra à la fois la déployer sur les trois grandes plates-formes : Apple, Android et Blackberry.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas